AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes :Moskiums, Hémérians et Arkers ! Essayez de les privilégier pour les premiers évents à venir Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables dès maintenant en ce qui concerne les demandes de MC. Ils offrent 20Tcs à la validation ! Puis, ils seront ouverts aux nouveaux joueurs plus tard, lorsque plusieurs autres personnes peupleront l'endroit !
Ouverture de la ChatBox tous les samedis, dès 18h (heure française Smile ) !
Suite aux premiers évents (qui sont toujours ouverts), les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera par la suite, patience (leur évent durera plus longtemps) Wink

Partagez|

[05/04/2482] The dream of my nightmares

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Octavia Blake
Modo


Messages : 172
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Avatar: @D.S.R; code signature: @Emi Burton; gif signature: @tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: [05/04/2482] The dream of my nightmares Ven 19 Mai - 16:30

Fourchette temporelle:
 

The dream of my nightmares
Jactavia
What I actually want to call you is a hell of a lot more unprintable than your name.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Octavia était de retour dans sa cellule, comme tous les soirs. Et comme tous les soirs, elle avait détachée ses cheveux, attendant devant le lavabo; robinet ouvert, que l’eau ne s’en écoule pour se débarbouiller un peu. C’était certainement le moment de la journée qu’elle préférait, celui d’avoir l’occasion de passer son visage et sa tignasse brune sous l’eau. Même si sa mère lui avait toujours dit que ce n’était pas bon de s’endormir les cheveux mouillés, là elle s’en fichait pas mal. De toute manière, elle allait bientôt mourir, alors si elle tombait malade, ça n’allait pas non plus être un drame. Et puis, vu les terreurs nocturnes qu’elle faisait… Elle se réveillait toujours tout en sueur et transpirante de partout, alors si avec cette chaleur corporelle, elle tombait malade… Il y avait sérieusement un gros problème. Une fois que l’eau commençait à s’écouler, même si au départ ce n’était seulement que quelques gouttes, le temps que le reste arrive, la jolie brune s’empressa d’y mettre son visage. Les yeux fermés, elle attendait que le jet plus fort arrive, savourant la sensation de l’eau sur son visage, dans son cou, et le long de ses mèches brunes. Elle en mettait partout bien sûr, comme toujours, mais ça aussi, elle s’en fichait pas mal. Ce n’était que de l’eau, après tout, ça allait finir par sécher. Suite à ses six minutes délicieuses, elle s’était ensuite légèrement épongée le visage avant de se placer devant sa petite fenêtre. Elle ne voyait pas encore la Terre, à cette heure ci. Pour elle, c’était plus le matin. Mais ça ne l’empêchait pas de trouver la vue magnifique. Même si ce n’était que des petites étoiles, et une planète à la forme mystérieuse qu’elle ne voyait que très peu, au loin. Vénus, si ses souvenirs étaient bons. La jeune femme prenait toujours le temps de profiter de cette vue, matin et soir. Certainement parce qu’elle n’en avait jamais eut l’occasion par le passé. Bientôt, c’était elle qui allait se retrouver parmi les étoiles. Avec son père, et sa mère. Sans son frère. Cette pensée lui faisait toujours un grand pincement au coeur. Elle s’en voulait tellement, de laisser Bellamy derrière elle. C’était certainement son plus grand regret, parce que lui, qui avait toujours tout sacrifié pour elle, allait se retrouver seul. A cause d’elle. Il avait tout perdu par sa faute. Sa liberté, son enfance, son travail. Même son amour, et ses amis, il les avait perdus. Même si Octavia avait toujours la fierté de dire qu’elle avait un frère, elle aurait préférée ne pas exister pour qu’il ait cette chance d’avoir une vie à peu près normale. Surtout qu’elle était certaine qu’il aurait très bien réussit, et qu’il serait allé très loin, si elle n’avait pas été là. Il serait peut être même déjà marié.

Le temps était venu de se mettre au lit, et Octavia n’allait nettement pas cracher dessus. Elle était épuisée, comme toujours. Et comme toujours, elle avait une peur bleue de fermer les yeux. Parce qu’elle savait ce qui l’attendait. Ses cauchemars. Pourtant, elle ne pouvait pas empêcher le sommeil de la happer petit à petit, sans même qu’elle ne s’en rende vraiment compte. Au départ, son sommeil était calme. Sans rêves. Juste des souvenirs qui refaisaient surface. Des souvenirs heureux, partagés avec sa famille, avec sa mère. Et son frère. Mais la jolie brune savait que ça ne durerait pas bien longtemps. Et elle ne se trompait pas. Il ne s’était même pas passé trois heures que les cauchemars avaient finis par arriver. Ces cauchemars remplis de violence, des peurs cachés qu’elle pouvait ressentir. Elle voyait son père être envoyé à la dérive, alors qu’elle n’en avait même aucun souvenir. Elle revoyait le regard de son frère, le jour de sa découverte par les Gardes. Sa mère, qu’elle voyait une dernière fois, avant qu’elle ne les quitte, elle aussi. Toutes ces images se mélangeaient, s’emboitaient, devenaient floues, et pourtant incroyablement nets. Elle entendait les voix comme si on était en train de lui murmurer des mots à l’oreille. Et toute cette pression, toute cette terreur, avait finit par la réveiller, l’arrachant de son sommeil en un grand cri, le souffle court, ses cheveux collés sur les côtés de son visage. Elle essayait de reprendre son souffle, elle essuyait ses yeux ruisselants de larmes avec ses draps déjà complètement trempés. Et elle détestait par dessus tout se réveiller en pleine nuit de cette façon, avec l’impression de n’avoir fermé l’oeil seulement l’espace de quelques secondes. C’était comme si elle n’avait pas dormi, et elle se sentait encore plus fatiguée qu’elle ne l’était déjà.

Mais elle savait que ce n’était pas la peine de tenter de se rendormir à nouveau, du moins, pas dans la foulée. Elle n’y arriverait pas. Elle s’était alors levée de sa couchette, traversant la minuscule pièce qu’était sa cellule pour s’éponger un peu plus correctement le visage, avec une serviette propre. Heureusement qu’elle ne pouvait pas se voir, parce qu’elle était certaine d’avoir une tête affreuse, là, tout de suite. Son regard se dirigea ensuite vers le mur qui se trouvait sur sa droite. Vers la cellule de son voisin, qu’elle ne pouvait pas voir à travers les murs, mais qui devait probablement être identique à la sienne. Elle s’asseyait alors contre ce mur, gardant le silence quelques secondes, laissant sa tête se reposer contre le métal froid, les yeux grands ouverts, et fixé au plafond de taule, seule autre vu qu’elle pouvait avoir en dehors de la vitre qui lui permettait d’observer l’espace. Son visage fin c’était ensuite tourné vers le mur, même si ça ne changerait pas grand chose, étant donné qu’elle ne pouvait pas voir à travers. Mais elle se disait que, peut être, sa voix serait un peu plus audible. « Eh, tu dors? » Après tout, ça ne servait pas à grand chose de parler à un mur si celui qui se trouvait derrière était toujours plongé dans le sommeil. Déjà que ça lui faisait sacrément bizarre de parler avec quelqu’un sans connaître son visage… Parler toute seule, c’était encore pire. Même si ça lui était déjà arrivé par le passé, mais ça, c’était une chose qu’elle gardait secrète. Et oui, elle avait eut un ami imaginaire, quand elle était petite, vu qu’elle ne pouvait tout simplement pas avoir d’amis. Elle s’en était créée un. Et au fond d’elle, elle espérait que le garçon à qui elle parlait à travers ce mur existait réellement, et que ce n’était pas simplement une voix dans sa tête, tout droit sortie de son imagination, pour la rassurer. Etre une criminelle, elle pouvait l’accepter, mais être folle… Elle n’était pas certaine d’y arriver.
Made by Neon Demon


Dernière édition par Octavia Blake le Dim 21 Mai - 22:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jasper Jordan


Messages : 85
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Devon Bostick
Crédits : moi même :3

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Dim 21 Mai - 21:55



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The dream of my nightmares

Jactavia

La vie de prison n’etait pas vraiment la plus idéale des vies. Surtout quand on etait quelqu’un comme Jasper et qu’on avait du mal a tenir en place. Les barreaux ce n’etait pas tellement son truc. Pourtant il devait bien avoué qu’il avait un peu trop joué avec le feu ces derniers temps … Non il ne regrettait pas d’avoir voler ces plantes pour les fumer. Apres tout il n’avait fait de mal a personne. Même si ses plantes n’etaient pas destinées a etre consommées de la sorte il n’etait pas non plus un criminel qui avait brûler des récoltes ou quelque chose de pire. Mais bon il savait très bien qu’en faisant ça il avait prit des risques. Et le voilà au fin fond d’une cellule toute froide et sans rien a fumer. C’etait troublant mais c’est que ces plantes avaient vite fait de le rendre accro et c’etait sans doute ça qui lui manquait le plus. Plus que l’air qui etait quand même limite plus suffocant ici que chez lui. Et puis ses amis lui manquaient aussi beaucoup. Il se demandait ou est ce qu’ils avaient foutu Monty et espérait que son ami aille bien de son coté. Bon il n’y avait pas de raison  a ce qu’il aille mal a mois qu’il ai essayer d’attaquer un garde. Mais ce n’etait pas du tout le genre de son meilleur ami. Ca n’empechait pas Jasper de ressentir une pointe d’inquietude a son sujet.

Mais pour le moment il fallait qu’il dorme. Trouver le sommeil n’etait pas vraiment facile en cellule. C’etait loin d’être l’endroit le plus confortable ou il ait déjà dormi. En plus il faisait assez froid la dedans. Ou peut etre que c’etait le manque de compagnie faisait difficile. Jasper etait le genre de garçon toujours bien entouré et la la prison lui faisait ressentir quand même beaucoup de solitude. Fort heureusement l’apprenti chimiste etait un bavard en chef alors il avait pu réussir a parler avec sa voisine de cellule. Car oui c’etait une fille qui etait enfermé a coté de lui. Il ne connaissait pas son visage mais elle avait une jolie voix et puis il c’etait tout de suite bien entendu avec elle. Faut dire qu’il s’entendait naturellement bien avec tout le monde mais … Il la trouvait vraiment sympa. Et s’il y avait une autre motivation pour Jasper a sortir de sa cellule c’etait de rencontrer enfin sa voisine de cellule dont il n’avait jamais entendu parler avant.

C’est d’ailleurs a moitié endormi qu’il avait entendu la voix familière s’élevé dans la cellule, le ramenant un peu a la réalité alors que le sommeil avait déjà commencé un peu a faire son effet. Lui qui c’etait roulé en boule dans un coin avait ouvert doucement les yeux. Chose parfaitement inutile puis ce qu’il etait dans le noir et qu’il ne risquait pas de voir la fille qui lui avait adréssé la parole mais c’etait pour se sortir de sa torpeur. Il redressa pour se rapprocher du mur froid de la cellule. Il n’avait pas envie de hurler pour s’adresser a elle. En plus c’etait un coup a réveiller tout le monde et a se faire tazer par un garde en colère. Pas qu’il ai déjà essayé hein ? Mais il n’avait pas très envie. Il tenait a sa peau quand même et même s’il avait été enfermé ici il savait bien qu’il y avait des limites a ne pas dépasser.

C’est une fois suffisamment pret du mur qu’il se décida de répondre a sa voisine. Il espérait ne pas l’avoir fait attendre trop longtemps. Même si ça n’avait été que trente secondes il tenait quand même a ce que ça ne lui paraisse pas trop long. Pourquoi ? Bonne question. Mais Jasper voulait ne pas décevoir celle qui se trouvait derrière le mur. C’etait un peu inexplicable mais c’etait comme ça. Il lui avait répondu avec une voix toute endormie.

- Eumh non non je dors pas. Ca va bien de ton coté ?

Il espérait que ca ne s’entende pas trop quand même qu’elle ne soit pas gênée de l’avoir reveillé. Ce n’etait pas grave lui il aimait bien lui parler et s’il devait sacrifier des heures de sommeil pour ça il le ferait avec plaisir ça c’etait certain.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Octavia Blake
Modo


Messages : 172
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Avatar: @D.S.R; code signature: @Emi Burton; gif signature: @tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Ven 26 Mai - 14:46

The dream of my nightmares
Jactavia
What I actually want to call you is a hell of a lot more unprintable than your name.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La jolie brune s’était mise à penser qu’elle avait été destinée à atterrir là un jour. Même si les choses avaient étés différentes, même si sa mère ne lui avait pas fait peur au point de ne pas réussir à en dormir la nuit, Octavia aurait atterrie ici, d’une manière ou d’une autre. Après tout, elle avait passée sa vie à se cacher sous le plancher, alors être enfermée dans une cellule, ça ne la changeait pas tellement. Et c’était même un privilège pour elle, quand on regardait bien. C’était nettement plus spacieux que ce qu’elle avait put avoir. La seule punition que cet endroit lui donnait réellement, c’était surtout le fait qu’elle ne pouvait plus voir son grand frère comme elle le voulait. Et qu’elle allait bientôt mourir aussi, mais ça, c’était une autre histoire. De toute façon, elle avait été confrontée à la mort pratiquement toute sa vie, et elle ne comptait même plus toutes les fois où elle avait faillit mourir. Au moins, cette fois, elle n’aurait pas véritablement le temps d’avoir peur, quand les portes du sas de décompression seront ouvertes. Elle n’aurait même pas le temps de respirer une dernière fois. Juste le temps de regarder son frère, et de lui dire adieu d’un regard. C’était une partie de sa punition ça aussi, laisser son grand frère derrière elle, tout seul, sans famille. Ça la rendait triste, et ça l’empêcherait, irrémédiablement, de partir totalement en paix, elle le savait. C’était peut être pour ça d’ailleurs, qu’elle continuait à faire des cauchemars. Après tout, elle avait acceptée sa mort, et elle la voyait même comme une libération qu’elle n’espérait plus recevoir. Mais laisser Bellamy souffrant ici… Elle désirait, égoïstement, qu’il fasse ce voyage avec elle. Et elle culpabilisait, parce qu’elle trouvait ça cruel, d’avoir de pareilles pensées.

En tout cas, comme souvent, son sommeil n’avait pas été très reposant, et comme souvent, elle s’était réveillée en hurlant, trempée de sueur, et toute tremblante de peur. Elle regrettait de ne plus avoir personne pour la serrer dans ses bras et la rassurait. Elle se sentait seule, vidée. Et elle avait besoin d’entendre une voix. Elle avait besoin d’être rassurée un peu. C’était pour cette raison qu’elle s’était dirigée vers le mur à l’opposé de son lit. Elle espérait que son voisin de cellule ne dormait pas, et qu’ils pourraient discuter tous les deux, comme ils avaient pris l’habitude de le faire. Sa petite voix de fillette apeurée l’avait appelée. Elle ne savait pas s’il l’avait entendu, mais dans tous les cas, elle patientait. De toute façon, elle n’avait que ça à faire, attendre, tous les jours, sans exception. Il n’avait pas trop tardé à lui répondre, et elle entendait dans sa voix ce petit poids de sommeil. Elle l’avait réveillée, certainement, même s’il disait tout le contraire. « Désolée… » Oui, elle s’excusait, parce qu’elle s’en voulait. Elle s’en voulait de l’embêter presque tous les jours, presque toutes les nuits, alors qu’ils ne se connaissaient même pas. Elle ne savait même pas à quoi il ressemblait. Tout ce qu’elle connaissait de lui, c’était sa voix, et ce qu’il lui racontait à travers ce mur. En somme, ça pouvait carrément être un tissu de mensonges. Mais la brune espérait que tout était vrai, et qu’elle s’était véritablement fait un ami, au moins une fois dans sa vie, avant de mourir. Même si c’était un délinquant. Après tout, elle était elle même une délinquante depuis sa naissance, alors elle n’était pas vraiment à même de juger les autres. « Non, pas vraiment. » Il fallait tout de même bien qu’elle répondre à sa question. Et même si la plupart des gens auraient mentis là dessus, Octavia ne le faisait pas. Tout simplement parce qu’elle n’avait jamais été habituée à mentir. Elle avait toujours dit la vérité, toute sa vie. Et quand elle ne voulait pas la dire, elle esquivait tout simplement la question.

Et c’était une chose qui arrivait souvent, en réalité. Surtout quand on lui demandait d’où elle venait, qui était sa famille. Pourquoi elle était à l’orphelinat par le passé. Pourquoi maintenant elle était en prison. Tout ça, elle en avait honte, parce qu’aux yeux des autres, dès qu’ils apprenaient la vérité, elle n’était plus rien d’autre que la fille qui avait passée quinze ans cachée sous le plancher. La fille qui n’aurait jamais dû exister, et que tout le monde prenait un malin plaisir d’ignorer. Ou de maltraiter pour profiter d’elle et avoir de la nourriture en plus, ce genre de choses. Seul son frère la traitait comme une véritable personne. Et son voisin de cellule, mais ça, c’était certainement parce qu’il ne savait pas à qui il s’adressait.Et elle espérait, égoïstement, qu’il ne l’apprenne jamais. « J’ai encore fais un cauchemar. » Elle savait que celui là, elle pouvait le lui raconter. Après tout, elle avait juste vu sa mère, une fois de plus, être envoyée à la dérive. Un souvenir qui ne la quittait jamais vraiment. Elle regrettait d’avoir insister pour assister à ça, malgré la mise en garde de Bellamy. Elle aurait dû écouter son frère, même s’il ne l’avait jamais véritablement retenu. Il l’avait juste prévenu, pour qu’elle ait toutes les cartes en main pour prendre cette décision. Et malgré ça, elle avait prit la mauvaise. Même si ça lui avait donné l’occasion de dire au revoir à sa mère, et d’être dans ses bras une dernière fois avant qu’elle ne disparaisse définitivement. L’image de son visage alors que les portes s’ouvraient ne la quitterait jamais.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jasper Jordan


Messages : 85
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Devon Bostick
Crédits : moi même :3

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Sam 27 Mai - 0:30



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The dream of my nightmares

Jactavia

C’est avec une voix fatiguée que Jasper avait répondu a sa voisine de cellule. Et il c’était empressé de s’en vouloir après avoir entendu la jeune fille s’excuser. Il se sentait un peu impuissant la derrière son mur, a n’être qu’une voix pour celle qu’il avait apprit a connaître même s’il ne la voyait pas. Et il n’y avait rien de pire pour lui que de se sentir si impuissant. Comme lorsqu’il avait été totalement impuissant alors qu’ils l’avaient embarqué ce jour la. Enfin surtout au moment ou ils avaient attrapé son meilleur ami. Parce que si Jasper ne s’en voulait pas pour son propre cas il ne pourrait pas vraiment bien vivre en sachant qu’en entrainant son meilleur ami la dedans il l’avait condamné a se faire éventuellement envoyé a la dérive. Bon si c’etait le cas il serait envoyé lui aussi a la dérive puis ce qu’ils avaient tout deux commit le même crime. Mais il s’en voudrait tout de même. Il restait persuadé que Monty n’avait pas a être entrainé la dedans. Et pourtant il etait lui aussi quelque part dans une de ces horribles cellules.

Mais il n’allait pas rester silencieux la comme ça. Il n’allait pas laisser celle a qui il parlait depuis sa cellule s’excuser comme ça. Ce n’etait pas comme si elle l’avait réveillé en plus. Il n’etait même pas tout a fait endormi. Et même s’il l’avait été ce n’etait pas un réveil désagréable que d’entendre la voix de sa voisine de cellule comme premier son de la journée. Ou pas de la journée en l’occurrence. Alors il s’empressa de tenter de la rassurer comme il le pouvait.

- Pourquoi tu t’excuses ? Je ne dormais vraiment pas ne t’en fais pas …


Même si elle ne le voyait pas il c’etait mit a sourire derrière son mur. Avant de réalisé que ça ne servait a rien. Rah si seulement il pouvait passé a travers tiens. Pourtant il colla machinalement sa main sur la paroi alors qu’elle lui disait que ça n’allait pas. Comme si elle allait pouvoir capter son geste de son coté. Oui c’etait un peu idiot. Mais les réactions de Jasper n’etaient pas toujours intelligentes même s’il etait quelqu’un de plutôt brillant en général.

- Comment ça ? Tu veux en parler ?


C’etait tout ce qu’il pouvait faire pour elle a son plus grand regret. Lui parler. Essayer de la soutenir comme il le pouvait. Les journées étaient longues et pas très agréables en soi. Alors s’il pouvait essayer de la faire rire ou juste de l’occuper en lui parlant c’etait déjà bien non ? Même s'ilpensait que ce n'etait pas assez et qu'il etait mal a l'aise de ne pas pouvoir faire vraiment plus. Enfin la il aurait préféré etre avec elle et tenter de la consoler. Et il fit glisser sa main sur le mur regrettant encore plus qu’il soit la entre eux deux alors qu’elle lui expliquait qu’elle avait fait un cauchemar.

- Un cauchemar ? Je suis la si tu veux tu sais ? Enfin il y a ce foutu mur mais … Si je pouvais je te ferais un câlin.

Mais il ne pouvait pas encore casser les épaisses parois froides de l’Arche avec ses poings tout frêle malheureusement. Comme il ne pouvait pas non plus chasser les cauchemars qui torturaient sa pauvre voisine de cellule. Enfin elle devait savoir que si elle voulait lui raconter il etait tout ouïe. C’etait le moins qu’il puisse faire pour essayer de faire en sorte qu’elle se sente un peu mieux du moins ? Il restait contre le mur a attendre qu’elle lui répondre. Son envie de dormir etait totalement partie. Il ne pourrait pas trouver le sommeil en sachant que son amie allait mal de toute façon. Parce que oui pour lui sa voisine de cellule etait devenue son amie. Et il etait hors que question pour Jasper de laisser une personne qu’il aimait souffrir comme ça. Alors il resterait eveillé jusqu'à qu’elle aille mieux. Même s’il etait sans doute très difficile de se sentir vraiment en forme et heureux ainsi enfermé dans une cellule. Même lui n’avait pas toujours le moral a vrai dire. Et même si d’ordinaire il tentait d’avoir toujours le sourire ce n’etait pas pour rien qu’il avait gouté a l’alcool ou a l’herbe a fumer. C’etait pour oublier ses propres malheurs.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Octavia Blake
Modo


Messages : 172
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Avatar: @D.S.R; code signature: @Emi Burton; gif signature: @tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Jeu 1 Juin - 15:46

The dream of my nightmares
Jactavia
What I actually want to call you is a hell of a lot more unprintable than your name.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Octavia détestait déranger, et ça depuis toujours. Même quand elle vivait encore avec sa mère et son frère, qu’elle voulait quelque chose, même juste u petit câlin, ou un peu d’aide pour faire un truc, elle gardait le silence. Elle ne demandait jamais, pour rien. Enfin, sauf les cas extrêmes bien sûr, comme quand elle avait eut ses premières règles, mais ça, c’était encore autre chose. Elle avait surtout paniquée à cet instant là, parce que sa mère n’avait pas encore prit le temps de lui en parler. Et ce n’était certainement pas son frère qu’elle était allée voir pour ça. La pudeur chez les Blake n’était pas forcément très présente, mais il y avait quand même des limites! Puis de toute façon, Bellamy n’aurait pas put l’aider aussi bien que l’avait fait sa mère. Enfin bon, cet épisode remontait à plusieurs années maintenant, et les circonstances du dérangement actuel étaient tout à fait différentes, aussi. Rien à voir, même. Octavia se demandait même pourquoi elle repensait à un épisode du passé tellement à l’opposé de celui ci. Certainement parce que son cerveau n’arrivait plus  à faire le tri de rien, parce qu’elle allait bientôt mourir, et que ses souvenirs refaisaient surface, dans un ordre disgracieux, sans prévenir à quel moment ils allaient bien pouvoir arriver. La brune se demandait à quoi elle penserait en dernier, juste avait d’être envoyée dans l’espace. Est ce qu’elle ne penserait à rien de spécial et regarderait juste son frère une dernière fois? Est ce qu’un dernier souvenir de sa mère allait s’imprégner sur ses rétines? Ou est ce que son esprit repenserait à cette conversation qu’elle était en train d’échanger avec son voisin de cellule? Questions auxquelles elle ne pouvait bien sûr pas avoir de réponse, elle s’en doutait. Et elle allait devoir attendre le dernier instant de sa vie pour savoir tout ça. Autant dire qu’elle n’était pas très pressée, même si la curiosité l’avait toujours animée. Pas sur ce coup.

Enfin bon, elle s’était excusée, comme elle le faisait toujours. Même quand elle était encore chez sa mère, elle s’excusait pour un rien. Quand elle lui criait dessus alors qu’elle n’avait rien fait, Octavia s’excusait. Quand elle tentait de la noyer dans l’évier, elle s’excusait aussi. De quoi, elle ne savait pas exactement. Certainement d’avoir vu le jour, en fait. Elle s’en voulait de ça, alors qu’elle n’y était pour rien. La vie de sa famille aurait été tellement plus simple si elle n’avait pas été là. Son frère aurait put vivre la vie qu’il méritait, et non sacrifier absolument tout pour elle, comme il l’avait fait. Malheureusement, elle ne pouvait pas revenir en arrière. « Je veux pas te déranger… » Octavia avait finalement finit par s’allonger au sol. Elle avait un peu mal à force d’être assise sur le métal froid, et s’y allonger n’allait peut être pas changer grand chose, mais c’était déjà plus confortable que de sentir les os de ses fesses percer sa peau comme si ils voulaient percer le métal avec. Elle avait peut être l’habitude de souffrir, mais ce n’était pas pour autant qu’elle aimait ça, bien au contraire. Tout simplement parce qu’elle n’avait pas choisit de souffrir, on l’avait fait pour elle. Ses parents avaient pris ce choix pour elle. Sa mère avait continuée à prendre ce choix. Son frère avait tout fait pour continuer dans cette voie tout simplement parce qu’il ne voulait pas la perdre. Et la brune pouvait le comprendre. Elle adorait son frère, et elle savait que si elle l’avait perdue, elle n’aurait tout simplement pas put le supporter. Mais elle le trouvait quand même égoïste de toujours tout faire pour la protéger au lieu de la laisser partir une bonne fois pour toute. De toute manière là, il n’allait pas avoir le choix. Et il devait se faire à l’idée de passer le reste de ses jours sans Octavia. Elle espérait juste qu’il n’allait pas sombrer dans la noirceur et qu’il allait se servir de cette occasion pour vivre un peu pour lui. Surtout qu’elle, elle serait enfin en paix, alors il n’avait plus de soucis à se faire en ce qui la concernait.

C’était bien pour cette raison qu’elle ne parlait plus de ses cauchemars et de son manque de sommeil à son frère. Parce qu’elle ne voulait pas l’inquiéter encore plus qu’il ne l’était déjà. Et elle le voyait tellement peu qu’elle voulait juste profiter de sa présence et ne pas avoir à parler de ça alors qu’ils avaient tant d’autres choses, beaucoup plus joyeuses, à échanger. Sauf qu’Octavia avait prit l’habitude de raconter ses rêves. C’était un moyen pour elle de s’en détâcher, au moins l’espace de quelques heures avant qu’ils ne reviennent. Ça la soulageait, tout simplement. Et la seule personne à qui elle pouvait encore en parler, c’était son voisin de cellule. Qui ne s’était jamais plaint. La brune ne savait pas si c’était par gentillesse, ou si ça ne le dérangeait vraiment pas de l’écouter lui raconter ce qui lui faisait peur. Mais ce geste minime lui réchauffait le coeur. Et sa phrase faisait même rougir ses joues dans le noir. Même s’il ne pouvait pas la voir à cause du mur qui les séparait, la jeune Blake soupçonnait sa voix de trahir un peu sa gêne. Et le fait qu’elle se sente flatter aussi. Elle n’avait tout simplement pas l’habitude de recevoir autant d’attention de la part de quelqu’un qui n’était pas son frère. « Je pense pas que tu voudrais m’en faire un, sans ce mur… » Après tout, il ne savait pas qui elle était. Il ne savait pas que c’était elle, la fille qui avait passée plus de la moitié de sa vie cachée sous la plancher de son appartement. Il ne savait pas non plus qu’elle était ici parce qu’elle avait volée des médicaments qui auraient put servir à quelqu’un de vraiment malade. Et c’était bien des informations qu’Octavia gardait pour elle, parce qu’elle avait peur de perdre son seul ami, s’il apprenait tout ça. « J’ai revu ma mère être envoyée à la dérive. » Sa voix était d’un calme olympien. Ses yeux fixaient le vide en face d’elle, comme si elle se rejouait à nouveau la scène dans son esprit. Distraitement, ses doigts effleuraient le mur qui la séparait de son voisin, comme si elle espérait y trouver une faille pour le traverser, et se sentir un peu plus en sécurité à ses côtés. Véritablement à ses côtés tout du moins. Mais elle savait bien que c’était impossible. L’Arche était là pour leur mener la vie dure, et pas seulement par les gens qui la dirigeaient, mais aussi par sa construction. C’était comme ça. L’Arche était un véritable engin de torture gigantesque, en fait.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jasper Jordan


Messages : 85
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Devon Bostick
Crédits : moi même :3

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Dim 4 Juin - 17:32



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The dream of my nightmares

Jactavia

Comment est ce qu’elle pouvait penser qu’elle le dérangeait hein ? Sa voisine de cellule etait adorable … Mais elle ne le dérangeait pas le moins du monde. Jasper etait le genre de type a toujours écouter son prochain. S’il y avait bien un truc qu’il savait faire c’etait ça. Et il etait content de pouvoir aider les gens quand il le pouvait. Sa voisine ne faisait pas exception. Il l’appreciait beaucoup même s’il ne la connaissait qu’a travers ce foutu mur et elle n’embetait absolument pas l’apprenti chimiste qui ce sentait géné du coup. Oui parce qu’il pensait que c’etait un peu de sa faute si elle pensait ça. Tout ca a cause de sa voix un peu trop fatigué. Alors il s’en voulait. Et il essayait de la rassurer en restant coller contre ce mur qui les séparait.

- Tu ne me derange pas du tout. J’ai pas pour habitude des laisser mes amis dans le spleen ou un truc comme ça.


Il espérait vraiment qu’elle allait le croire. Et ce n’etait pas parce qu’il avait parlé avec l’air endormi qu’il etait nécessairement ennuyé par sa voisine. Il voyait bien qu’elle n’etait pas bien du tout. Qu’elle se sentait mal et il aurait aimé pouvoir y faire quelque chose. La prendre dans ses bras comme il lui avait dit. C’etait toujours réconfortant. Jasper etait assez tactile avec les gens qu’il aimait bien et il n’avait rien contre un petit câlin de temps en temps pour réchauffer les cœur. En tout cas il se demandait si sa reference littéraire allait faire rire la jeune fille. Ou peut etre qu’il se trompait totalement de reference c’etait possible aussi. Mais il c’etait dit qu’il aurait l’air d’un type cool comme ça. Mais elle doutait encore des intentions de ce pauvre Jasper. Pourquoi est ce qu’il ne voudrait pas la prendre dans ses bras hein ?

- Quoi ? Mais si. Moi quand j’entends ta voix je suis sur que en vrai t’es une personne vraiment adorable toute mignonne. Comme une petite poupée qu’on a envie de serrer dans ses bras.


Oups il en faisait peut etre un peut trop la. Mais en même temps elle avait l’air vraiment douce et toute chou. Jasper etait le genre de garçon qui aimait les filles du genre. Et de toute façon il ne rechignerait pas a prendre dans ses bras quelqu’un qui etait tout deprimé. A condition que ce soit un ami bien évidement. Mais elle l’etait déjà pour lui. Elle etait importante cette voix a qui il parlait. Il l’aimait beaucoup peut importe ce a quoi elle pouvait ressembler.

Et d’ailleurs elle avait fini par lui dire son cauchemar. Et il avait encore plus envie de démolir ce mur pour aller la consoler et essayer de faire en sorte quelle se sente mieux. Sa mère avait été envoyé a la derive … Le cœur de Jasper se serra. Lui etait un petit chanceux. Il n’avait jamais eu ce problème. Ses parents allaient bien tout les deux et il n’imaginait même pas la douleur que pouvait avoir ce spectacle.

- … Je … Je suis désolé pour ta mere.

Et il resta un instant silencieux la main collée a la paroi froide. Comme s’il pouvait toucher celle de son amie. Mais il ne pouvait pas l’aider. Il etait totalement impuissant et ça l’enervait vraiment. Du coup il avait fini par frapper le mur de métal. Comem ça d’un coup. Il ne savait pas vraiment ce qui lui avait prit. C’etait venu d’un coup. Tout seul comme ça. Mauvaise idée. Le bruit du choc fut suivit d’un :

- Aie … Pardon … Je pensais que je pourrais arriver a venir te faire un câlin comme ça mais il semblerait que ce mur soit plus fort que ma force légendaire … Ouille …

Il se sentait bête un peu et sa main etait douloureuse du coup. Même pas il avait réussi a faire bouger un peu la paroi avec sa force de mouche. Il bougeait ses doigts douloureux en grimaçant. Il espérait ne pas avoir fait peur a sa voisine. Il ne manquerait plus que ça. Même si bon il avait du la surprendre un peu tout de même.

- Si tu veux parler je suis la …. Et je serais les toutes les nuits. Tant qu’ils essayent pas de nous faire avaler des barbiturique ou des merdes comme ça dans nos repas tu n’auras qu’a parler et … Je serais la !


Il se sentait un peu pitoyable d’un coup. Il ne savait pas quoi dire. A final il ne savait rien d’elle. Il ne savait même pas si elle avait apprecié sa mère ou non. Qu’elle relation elles avaient pu avoir, pourquoi est ce qu’elle avait été envoyé a la derive. Il ne voulait pas dire des betises. Il le savait bien Jasper que sa voisine etait assez mal comme ça et il ne voulait pas en rajouter.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Octavia Blake
Modo


Messages : 172
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Avatar: @D.S.R; code signature: @Emi Burton; gif signature: @tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Ven 9 Juin - 16:23

The dream of my nightmares
Jactavia
What I actually want to call you is a hell of a lot more unprintable than your name.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]La brune était quand même chanceuse d’être tombée sur un bon voisin de cellule. Et elle ne pensait pas avoir cette chance, elle doit bien l’avouer. Elle ne pensait pas avoir encore l’occasion de se faire un nouvel ami avant d’être envoyé à la dérive. Même si elle ne pouvait pas le voir, il était là, pas très loin. Il n’y avait qu’un mur qui les séparait. Et quelques fois, elle aurait bien aimée que ce mur disparaisse. Mais elle se disait aussi que c’était peut-être mieux comme ça, cette séparation. Elle ne savait pas lequel d’eux deux allait être envoyé à la dérive en premier, et elle préférait ne pas le savoir. Comme elle préférait ne pas savoir quel visage se cachait derrière cette voix. Au moins elle partirait, avec ce doux souvenir, d’un garçon qui avait été gentil avec elle, qui ne l’avait pas jugé en sachant qui elle était en réalité. Même si elle lui avait déjà dit son prénom, c’était bien tout ce qu’il savait d’elle, et ce n’était pas plus mal. Elle lui avait peut-être inspirée de la pitié, mais ce n’était pas la même pitié que celle qu’elle inspirait aux autres. Et c’était une véritable libération. Au moins lui, il ne la voyait pas comme la fille qui avait grandie cachée, qui avait passée des heures sous le planché de son appartement pour empêcher sa mère de mourir. Elle se sentait un peu comme les autres, en fait. Comme une fille qui avait grandie simplement sur l’Arche, et qui avait fait une connerie qui l’avait envoyée ici, comme les autres. Comme lui. Elle se sentait, en quelques sortes, à sa place, et ça, c’était une chose qui ne lui était pas arrivée depuis longtemps. Qui ne lui était pas arrivé depuis l’instant où son existence avait été découverte par tous. Et elle était contente d’avoir l’occasion de trouver un semblant de paix avant de mourir, même si ses cauchemars étaient toujours là. Ils l’avaient toujours été, de toute manière, et en fait, c’était comme s’ils faisaient partis d’elle. Octavia savait qu’elle n’arriverait jamais à s’en libérer complètement, qu’elle ait du temps ou non pour le faire. Et tout ce qu’elle pouvait faire, par rapport à ça, c’était de l’accepter.

S’il y avait bien une chose qu’elle regrettait tout de même, c’était de ne pas avoir eu l’occasion d’aller à l’école comme les autres. Elle avait eu la chance d’avoir son frère, qui lui avait pratiquement tout apprit, qui lui avait donné l’envie d’apprendre, et qui lui avait transmis le plaisir de lire. Pour ça, elle ne le remercierait jamais assez. Mais il n’était pas professeur, et il n’avait pas que ça à faire non plus. Il n’avait tout simplement pas eu le temps de tout lui apprendre, et ça, elle s’en rendait bien compte. La brune s’en était tout d’abord rendue compte quand elle avait commencé à suivre des cours, à l’orphelinat. Elle s’était sentie complètement perdue le premier jour, d’ailleurs. Même si elle savait des choses, elle possédait d’énormes lacunes. Et encore là, à cet instant, elle s’en rendait compte. Parce que Jasper utilisait des mots qu’elle ne connaissait pas. Et elle se sentait idiote. Mais elle avait envie de savoir, envie d’apprendre, même si à ce niveau-là, et dans sa situation, ça ne lui servirait pas à grand-chose. « Un spleen ? Qu’est-ce que c’est ? » Elle attendait, avec une certaine impatience, les explications du jeune homme. Parce que ce mot, elle ne le connaissait pas, elle ne l’avait jamais vu nulle part. Et pourtant, elle en avait lu des livres. Beaucoup. Avec son frère. Et à chaque fois qu’un mot inconnu avait débarqué parmi les écrits, elle avait demandé une définition détaillée à Bellamy. Qui galérait quelques fois à lui en donner une d’ailleurs, surtout quand elle était plus jeune. Quelques fois, elle avait essayé de deviner par elle-même aussi, et elle y était parvenue. Pas toujours bien sûr, mais plus le temps avançait, plus elle arrivait à saisir le sens des mots sans forcément les connaître. Mais là, elle devait bien avouer qu’elle séchait complètement. La jeune femme avait beau être intelligente pour son âge, et surtout pour une fille ayant grandi dans ces conditions, mais elle n’était pas non plus un génie. Et quelques fois, son intelligence lui faisait défaut.

Elle se retrouva alors embarrassée, à la suite de la conversation. Et surtout quand ils s’étaient mis à parler de câlins. Le seul garçon qu’Octavia avait serrée dans ses bras, c’était son frère. Elle n’avait jamais eu l’occasion de goûter à l’affection d’une amitié, et encore moins celle de l’amour. Seulement du fraternel. Elle n’allait pas s’en plaindre pour autant. La brune savait très bien qu’elle avait extrêmement de chance d’avoir Bellamy à ses côtés, qui l’avait toujours soutenu, défendu, et qui s’était toujours sacrifié pour lui apporter le meilleur. Elle lui en serait éternellement reconnaissante, même quand elle ne serait plus de ce monde. Et elle s’était promis de veiller sur lui, quand elle serait morte. Enfin, si cela était possible bien entendu. Elle avait lu tellement de choses différentes sur la mort qu’elle n’arrivait pas tellement à démêler le vrai du faux. Et puis, de toute manière, personne ne pouvait savoir ce qu’il se passait après. Du moins, personne de vivant. C’était la grande surprise, le grand mystère de l’humanité, en quelques sortes, et Octavia n’allait pas tarder à le percer. Elle était impatiente, d’une certaine manière, d’obtenir la réponse à cette grande question, mais d’un autre côté, elle se retrouvait tout de même assez angoissée. Elle avait peur, de la suite, comme toute personne normale, en fait. « Pas une poupée en porcelaine alors, elles font peur celles là ! » La jeune femme avait esquivé le compliment. Est-ce que vous savez déjà que c’est le genre de choses qui la rend mal à l’aise ? C’est peut-être parce qu’elle n’y est pas habituée. Ou alors, c’est parce que ça vient d’une personne qu’elle ne connaît pas vraiment. Ou tout du moins, d’une personne qu’elle ne connaît pas depuis autant de temps qu’elle peut bien connaître son frère. Ou sa mère. Sa mère qui n’est plus de ce monde à présent. Chose qu’Octavia avait mis un certain temps à accepter. Mais elle avait fini par le faire, tout simplement parce qu’elle n’avait pas le choix. Et qu’elle avait voulu, il fut un temps, aller de l’avant, pour que sa mère soit fière d’elle. De ce côté-là, c’était assez raté, il faut le dire. « Il faut pas. Elle n’était pas heureuse de toute manière ici. J’espère que maintenant elle l’est. » Et elle espérait aussi qu’elle avait fini par retrouver son père, même si elle en doutait. Son père que la jolie brune n’avait jamais connu d’ailleurs, et qu’elle avait extrêmement idéalisé, il faut le dire. Même si Aurora et Bellamy ne lui en ont pas toujours dit du bien, pour ne pas dire jamais, le peu de fois où le sujet était abordé, elle aimait à se dire qu’il était un homme bon, dans le fond. Et qu’il avait juste eut une vie difficile qu’il n’avait pas réussi à accepter. Mais la plupart du temps, elle évitait tout de même d’y penser, c’est vrai.

Octavia était un peu perdue dans ses pensées. Et c’était un bruit sourd qui l’en avait sortie, en la faisant sursauter. Autant dire qu’elle ne s’y attendait pas du tout, et que son cœur avait littéralement fait un bon dans sa poitrine. D’ailleurs, il battait encore la chamade quand elle avait laissé un léger rire lui échapper. Jasper avait vraiment quelque chose de spécial. Il arrivait à lui foutre la trouille puis à la faire rire, et ça, en l’espace de quelques secondes. Même Bellamy n’était pas capable d’exécuter de telles prouesses. « Il faudrait un Titan pour exploser ce mur ! » Encore l’une de ses références littéraires. De la mythologie grecque, cette fois, ce qu’elle préférait. L’Antiquité avait toujours été une période qui la fascinait, certainement parce que son prénom venait d’une personne de cette époque. Elle n’avait jamais vraiment compris pourquoi son frère avait choisi ce prénom, mais en tout cas, elle était contente qu’il l’a fait. Parce qu’elle était l’une des rares personnes à véritablement apprécier son prénom, et ça, même si elle n’était pas vraiment chanceuse dans la vie, c’était l’une des seules chances dont elle pouvait se réjouir. « Tu sais, ça leur coûterait certainement trop cher de nous empoisonner. » Déjà que le Conseil était radin, mais avec les prisonniers... C’était encore pire, il faut bien le dire. Mais même si Octavia aurait bien aimé avoir un peu plus d’eau, elle n’allait pas non plus s’en plaindre. Au moins elle pouvait se laver, et elle ne sentait pas trop mauvais. C’était ça de gagné. Une véritable victoire. Elle allait mourir propre.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jasper Jordan


Messages : 85
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Devon Bostick
Crédits : moi même :3

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Jeu 29 Juin - 21:06



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The dream of my nightmares

Jactavia

Il espérait pouvoir réconforter comme il le pouvait sa voisine de cellule le pauvre Jasper. Il essayait de faire de son mieux. Tellement qu’il etait même en train d’employer des mots qu’il n’utilisait pas particulièrement d’habitude. Tout etait bon pour avoir l’attention de la fille sur autre chose que ces affreux cauchemars qui agitaient son sommeil. Il voulait essayer de faire en sorte qu’elle n’angoisse plus autant. Même si l’etroite cellule n’etait pas le meilleur environnement pour eux. Ils étaient des prisonniers perdus au milieu de l’espace. Ils n’avaient aucun moyen de fuir. Ils avaient peur que leur avenir s’arrete la. Ils avaient tous peur de ne pas avoir d’avenir de toute façon. Jasper vivait au jour le jour. Et oui il avait bu et consommé des substances illicites se moquant bien de ce qu’il pouvait arriver a son corps. Tout le monde etait si éphémère sur l’Arche et ils ne savaient même pas quand est ce qu’ils allaient pouvoir redescendre.

Donc il avait réussi a attraper l’attention de sa voisine et un sourire s’etira sur les lèvres de Jasper. L’idée de pouvoir apprendre a sa camarade ce mot lui faisait plaisir. Même si d’un coté il n’etait pas bien sur d’etre bien placé pour parler de trucs très littéraires. Sa passion restait la chimie apres tout. Mais il allait faire de son mieux. Esperant ne pas lui dire non plus de trop grosse betises.

- C’est un mot en littérature qui veut dire que c’est un passage très triste. Je supposais que ça marchait aussi de dire ça quand on parlait de personne. Mais c’est joli non ? Un peu triste mais joli.

Probablement comme elle en fait. Elle etait triste parfois et il n’avait pas besoin de cette parois de métal pour ne pas le sentir. A travers ses mots. A travers le son de sa voix. Et il n’y avait rien de plus énervant que de ne pas pouvoir chasser la tristesse qui envahissait un ami. Mais il essayerait autant de fois que nécessaire. Même s’il ne pouvait pas la câliner comme il le disait le cœur y etait. Il se mit a rire lorsqu’elle parlait de poupée de porcelaine. C’est vrai que c’etait flippant ça. Et Jasper n’etait pas très Friant des trucs effrayant. Il n’etait pas su d’etre quelqu’un de très courageux de toute façon …

- Non je pensais plus a quelque chose d’aussi doux qu’une peluche. A ta voix jme dis que tu dois etre quelqu’un de doux et gentil alors ….

Wow wow il allait peut etre un peu trop loin la. Mais c’est vrai. Cette voix qu’il entendait depuis un moment il avait vraiment l’impression qu’elle etait véritablement quelqu’un d’adorable. Une amie qu’il ne comptait pas lâcher de si tot. Quelqu’un de précieux. C’etait un étrange sentiment.

Et il etait un peu plus silencieux quand elle évoquait le fait que sa mère n’etait pas heureuse. Difficile de trouver quelqu’un de profondément heureux sur l’Arche. Les gens survivaient c’est tout. C’etait comme ça. Et Jasper avait du mal avec ça. Lui voulait profiter de la vie. Mais c’etait difficile. Surtout que en essayant un peu trop le voilà derrière des barreaux. Il n’etait même pas sur d’être libéré a la fin …

- J’espere aussi.

Et dans son désespoir d’aider sa voisine de cellule Jasper c’etait attaqué a la parois. Il avait eu envie de la casser soudainement. Et oui il etait un peu fou d’avoir ne serais ce qu’essayé de casser ce mur de métal. En fait il c’etait fait mal. Ses doigts n’avaient pas franchement apprecié. Et il réagit d’une voix étouffé par la douleur aux mots de son amie :

- Je veux etre un Titan alors … Même si j’ai aucune idée de ce que c’est a par un truc grand.

C’etait de la que venait le mot titanesque non ? Tout ce qu’il pouvait promettre a sa voisine c’etait de rester a ces cotés. Toujours pas trop loin de ce mur qui les réunissait et les séparait a la fois. Il voulait etre la c’est tout. Pouvoir l’aider, l’appaiser. Elle le méritait. Elle méritait vraiment d’être heureuse. Elle etait quelqu’un bien il en etait persuadé. Même s’ils étaient en train de parler de mourir. Faut dire qu’ils étaient plus habitué a la mort qu’a la vie. Elle devait surement le savoir mieux que lui.

- C’est pas faux … Ils partagent pas leur médocs ni leur plantes … C’est dommage moi j’aimais bien leur plantes. Surtout certaines. Avec je planais encore mieux que ce foutu tas de métal tu sais ?

C’est qu’en regardant par les hublot apres avoir fumé Monty et lui avaient eu vraiment la sensation de voler parfois. C’etait grisant. Si c’etait pas interdit il aurait bien partager se plaisir avec sa nouvelle amie. Mais s’ils sortaient de la autant éviter de finir a nouveau derrière les barraux. Même s’il avait du mal a se faire a abandonner ses addictions. Parfois il ne se sentait pas très bien sans tout ça.

- Enfin c’est pas très bon pour l’organisme non plus. Je te conseille pas vraiment d’essayer.

Il n’avait pas envie que sa voisine plonge la dedans un jour en fait. Alors il regrettais déjà d’avoir fait l’eloge de la drogue.

HJ: Et voila désolé pour le retard    J'espere que cette  reponse te plaira tout plein !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Octavia Blake
Modo


Messages : 172
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Avatar: @D.S.R; code signature: @Emi Burton; gif signature: @tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Mer 5 Juil - 13:09

The dream of my nightmares
Jactavia
What I actually want to call you is a hell of a lot more unprintable than your name.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Octavia n’avait jamais connue une nuit sans cauchemars. Du moins, si c’était le cas, elle ne s’en souvenait pas, donc elle devait être très petite, à l’époque où elle dormait correctement. Et pourtant, même après toutes ces années, elle n’y était pas habituée. Même après toutes ces années, elle craignait toujours autant la nuit qui arrivait. Même s’il n’y avait pas vraiment de nuit dans l’espace. Elle avait espéré qu’un médecin trouve quelque chose pour que les gens n’aient pas forcément besoin de dormir. Mais franchement, elle savait très bien qu’elle se voilait la face. Si une découverte comme celle-ci pouvait se faire, elle aurait très certainement été faite depuis longtemps. Et ce n’était pas ici dans l’espace qu’ils allaient se plonger dans ce genre de recherches. Leur but premier était de revenir sur Terre. Cette planète qu’elle ne pensait au final jamais connaître. Parce que même s’ils finissaient par y aller, l’année prochaine, ou encore dans cinq ans, elle serait déjà morte. Et bien sûr la mort lui faisait peur. Parce que c’était une chose inconnue, dont personne n’était jamais revenu. Quelque chose sur laquelle tout le monde avait cette curiosité malsaine associée à cette crainte. Et franchement, la jolie brune n’était pas pressée de mourir, pas même pour savoir ce qu’il pouvait bien se passer après, c’était clair. Si elle avait eu le choix, elle aurait préférée sortir d’ici, partir vivre avec son frère, comme avant, même s’ils ne seraient que tous les deux. Il n’y avait que maintenant qu’elle était ici qu’elle était prête à faire des efforts pour vivre mieux, pour vivre bien, et essayer de laisser son passé derrière elle, même si la brune savait très bien que le chemin serait périlleux. Mais il était déjà trop tard. Son avenir était perdu, et elle avec, pour le coup.

Heureusement qu’elle avait Jasper non loin d’elle avec qui elle pouvait discuter, et être rassurée. Sans lui, elle aurait très certainement déjà pété un plomb complet, elle en était certaine. Et puis, elle se doutait que lui non plus ne devait pas être tout à fait serein avec le fait d’être très prochainement envoyé à la dérive. Personne ne l’était de toute manière. Mais au moins, ces conversations nocturnes qu’ils avaient tous les deux leur permettaient d’oublier un peu leur mort qui se rapprochait de plus en plus. Et puis en plus de ça, ils arrivaient à apprendre des choses l’un de l’autre. Même si la jeune Blake doit avouer qu’elle en apprenait beaucoup plus de sa part que ce qu’elle pouvait bien lui apprendre elle-même. Mais en même temps, avec la vie qu’elle avait eu, elle s’était retrouvée avec un retard considérable dans pas mal de domaines. Et ce n’était pas les quelques mois qu’elle avait passée à l’école de l’orphelinat qui lui avaient permis de changer grand-chose. « Ça sonne bien. Mais oui, c’est assez triste quand on en connaît la signification. » Et il y avait pleins de mots dans ce genre-là, qui donnaient l’impression d’être joyeux quand on les entendait, mais qui ne l’étaient pas du tout. Comme quoi, même l’apparence des mots était trompeuse, en plus de celles des gens. La fourberie était présente jusque dans le langage. Super dis donc. Octavia rougit aux paroles suivantes de son voisin de cellule. Elle n’était vraiment pas habituée à avoir des compliments, c’était clair, et ça se voyait. Enfin, ça s’entendait aussi dans ce cas précis, vu qu’il ne pouvait pas la voir. Mais soit. Les seuls compliments qu’elle avait eus dans sa vie venaient de son frère, alors ça lui changeait. D’ailleurs, ce dernier ne serait certainement pas ravi s’il pouvait entendre la voix de Jasper à cet instant. Mais ce n’était pas comme si elle allait courir tout lui dire. Même si les deux Blake étaient très proches, il y avait des choses que la jeune femme préférait garder pour elle. « Alors tu m’aimes bien, c’est ça ? » Elle n’en revenait pas qu’elle avait osée dire un truc pareil. Sans déconner, elle manquait vraiment de sommeil là. Mais bon, maintenant c’était dit alors… Pas possible de faire machine arrière comme on dit. Puis elle était bien contente d’avoir laissée sortir une phrase comme ça. Pour une fois qu’elle osait quelque chose dans sa vie.

Ça la touchait énormément de parler de sa mère. Mais d’un côté, ça lui faisait du bien. Mine de rien, elle en avait besoin, et elle avait l’impression que de cette manière, elle arrivait à conserver son souvenir. Ok, ça n’avait pas tous les jours été facile en sa présence, mais la jeune Blake ne lui en voulait pas. Elle aussi, elle avait dû vivre sur l’Arche et en endurer les difficultés, alors elle ne pouvait pas tellement lui en vouloir d’avoir pété un plomb quelques fois. Et puis, elle avait toujours eut Bellamy pour veiller sur elle alors, au final, elle avait tout de même pas mal de chance. En tout cas, elle était bien contente que le sujet des Titans soit évoqué. Enfin quelque chose qu’elle maîtrisait grâce aux lectures que lui rapportaient son frère. Et puis, ça faisait aussi partie des histoires préférées de sa mère, qu’elle lui racontait pratiquement tout le temps. Autant dire que niveau mythologie, elle s’y connaissait. « Les Titans étaient les parents des dieux, enfin certains. C’est un peu leurs ancêtres en fait. Mais ils étaient pas super sympa. » Surtout Chronos, qui avait quand même dévoré une majorité de ses enfants. Pas très cool le gars, encore pire que sa mère quoi. Pourtant, c’était une histoire qui ne lassait jamais Octavia. Surtout grâce à la chute et à la victoire des dieux. Elle aimait d’ailleurs bien se dire que ces histoires étaient réelles, même si elle savait très bien que ce n’était pas le cas. Mais ça, c’était surtout son désir d’évasion qui prenait le dessus, en général. « Ça fait quoi de planer ? » Oui, elle était curieuse cette petite brune. En même temps, elle n’avait jamais eu l’occasion de connaître ce genre de choses. Et elle le regrettait, parce qu’elle aurait bien aimé vivre ça au moins une fois avant de passer au trépas. Mais c’était trop tard. Et il y avait pas mal de choses de ce genre que la brune regrettait, en fait. Et elle se sentait encore plus conne d’avoir voulu encore plus de médicaments qui ne la faisaient même pas planer. « C’est pas comme si je pouvais ! » Et non… Elle ne pouvait pas essayer. Puis dans le pire des cas, elle allait bientôt mourir alors… Bon pour l’organisme ou pas, elle s’en fichait pas mal quoi, au final. Ça n’allait pas la faire mourir plus vite. Pas avec son envoi à la dérive qui n’attendait que la confirmation officielle.
Made by Neon Demon


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jasper Jordan


Messages : 85
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Devon Bostick
Crédits : moi même :3

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Dim 16 Juil - 15:10



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The dream of my nightmares

Jactavia

Il ne voulait pas lui dire des choses tristes en fait Jasper. Mais il s’embrouillait tout seul en fait. C’est qu’il essayait d’avoir l’air cool malgré tout. Et c’etait difficile quand il y avait une plaque de métal qui vous séparait de votre interlocuteur. Mais il essayait de faire de son mieux quand même, et il se sentait un peu honteux en réalisant sa boulette. Il fallait absolument qu’il se rattrape. Sauf que bon il ne pouvait pas non plus nié ce qu’il venait de lui dire. Parce que oui c’etait triste. Mais en même temps il n’avaient pas des histoires très joyeuses tous. Rare étaient ceux qui étaient vraiment heureux sur l’Arche de toute façon.

- Oui c’est vrai …  Mais ne soyons pas triste apres tout cette prison est pas si mal que ça puis ce que grâce a elle on a pu se connaître !


Voilà qu’il cherchait du positif dans tout ça. Il etait comme ça Jasper. A essayer de voir le bon partout. Il faut dire que s’il se laissait aller a la deprime il serait juste rouler en boule dans un coin en pensant a ses addictions. Mais il avait une toute autre addiction maintenant. Une addiction a cette voix a qui il aimait parler a travers les murs de sa geôle. Et le jeune apprenti chimiste n’avait pas pu s’empecher de rougir en entendant la conclusion de sa voisine de cellule. En même temps elle n’avait pas tord du tout. Il l’aimait bien oui. Même s’ils ne s’etaient jamais vu. C’etait un attachement inexplicable mais c’etait comme ça.

- Ou … Oui je t’aime bien ! Même si on ne c’est jamais vu … J’aime bien parler avec toi en fait … Ca me rassure.  Et même si c’est dur d’être ici tu rends ça beaucoup plus agréable.

Pfiouh. Son cœur battait a toute vitesse alors qu’il parlait. Mais il avait dit ce qu’il pensait. Il ne savait pas trop pourquoi son corps s’emballait comme ça. Mais bon il espérait que sa voisine ne prenne pas mal tout ça. Enfin il n’avait pas de raison a ce qu’elle prenne mal ce qu’il avait dit. Mais il etait stressé a cette idée le pauvre Jasper. Il aurait peut etre du se contenter d’une réponse plus édulcorée mais voilà ils étaient tout deux en prison et le jeune apprenti chimiste avait toujours peur de se faire éjecter du jour au lendemain alors il préférait dire ce qu’il pensait.

Puis ils parlèrent des titans, parce que non Jasper n’avait pas pu briser leur séparation et il c’etait même fait mal. Et du coup il etait plutôt content que la jeune fille ne lui raconte une histoire. Ca lui permettait d’oublier un peu la douleur de sa main. Et il c’etait mit a rire en entendant les explications de sa voisine de cellule. Pas qu’il se moquait d’elle. Non juste que ces trucs pas sympas étaient loin de lui ressembler heureusement. Alors il remua ses doigts en les regardant avec un petit sourire avant de lui répondre:

- Oh … Alors ça veut dire que je suis plutôt sympa ?


Hmph il n’etait pas sur que ce soit une bonne idée d’evoquer la drogue avec elle en fait. Il ne fallait pas qu’elle soit tentée par l’envie d’essayer. Il fallait donc qu’il se concentre pour faire une description péjorative sur les fait de planer mais ce n’etait vraiment pas sur qu’il y arrive.

- Ca dépends de ce que tu prends. Parfois tu as des sensations étranges, comme si tu étais vraiment super heureux prêt a déplacer des montagnes. Comme si le monde tournait plus vite ou plus lentement. Et puis tu vois des trucs dans ta tete. Parfois c’est amusant. Parfois ça l’est moins. C’est comme si tu te détachait de la vie réelle en fait.

Voilà pour les sensations. Mais comme il le disait ce n’etait pas bon pour la santé. Alors … Il allait insister sur ce point la. Etant chimiste il savait bien quel pouvait etre les effet dévastateurs de certaines substances, même si pourtant ça ne l’effrayait pas.

- En fait la drogue envoie des fausses informations a ton corps ou a tes organes. Donc t’as des sensations plus ou moins agréables pour le coup. Mais consommée a forte dose ou régulièrement ça peut bousiller tes organes. Ah puis en plus ton corps devient accro et du coup quand tu ne consomme plus rien tu souffre de manque. A certains stade de manque tu peux faire des crises et parfois en mourir parce que ton corps ne sait pas comment réagir sans tout ça.


Rien de très joyeux en fait. Du coup il jouait avec les lacets de ses chaussures un peu nerveusement. Il avait déjà ressenti ce manque ici. Parfois c’etait plus violent que d’autre fois. Bon ça ne le tuerait pas mais c’etait compliqué.

HJ: Super alors n'hesite pas en tout cas si jamais ça ne te convient pas.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Octavia Blake
Modo


Messages : 172
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Marie Avgeropoulos
Crédits : Avatar: @D.S.R; code signature: @Emi Burton; gif signature: @tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Mer 19 Juil - 14:56

The dream of my nightmares
Jactavia
What I actually want to call you is a hell of a lot more unprintable than your name.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Octavia pensait, et cela depuis très longtemps, qu’une vie sans tristesse n’était pas véritablement une vie. Après tout, on apprenait tous des épreuves que nous traversions. Même si certaines pouvaient nous détruire, elles étaient là avant tout pour nous rendre plus fort, pour forger notre caractère. Et puis, quand on vivait des choses pas cool, ça rendait toujours les instants heureux un peu plus intenses. On les savourait beaucoup plus aisément, on se rendait plus facilement compte de la chance que l’on pouvait avoir, de vivre des moments comme ceux-là. Alors ouais, la vie craignait, elle faisait un mal de chien, parfois, mais elle valait nettement la peine d’être vécue. Et la jolie brune ne s’en rendait compte que maintenant, parce qu’elle se trouvait, littéralement, aux portes de la mort. Sans tout le côté héroïque de Percy Jackson, ce qui était moins cool. Enfin, quoique… Au moins elle n’avait pas à affronter tout un tas de monstres associés à une petite armée de géants pas content parce que les dieux ont été plus malins qu’eux. Et elle se rendait compte qu’elle avait énormément tendance à comparer sa vie à ce qu’elle avait pu lire dans les livres en fait, c’était fou. De toute façon, quand les auteurs créaient leurs histoires, ils s’inspiraient bien de quelque chose, non ? De leur propre expérience, de leur vécu, de ce qu’il pouvait voir autour d’eux, dans la rue, à la télévision, tous ces trucs-là. Et c’était peut-être pour cette raison que c’était si compliqué maintenant de trouver de l’inspiration pour rédiger un livre. Parce qu’il n’y avait plus de surprise qui pouvait nous inspirer. Juste une vie monotone qui se répétait et se répétait encore et encore à chaque génération. Ouais, ça aussi, c’était une chose bien triste, quand on regardait bien.

En tout cas, Octavia n’allait pas en vouloir à son ami d’avoir évoqué une chose triste, loin de là. De toute manière, ça aurait été trop bizarre de parler seulement de choses heureuses, avec son passé à elle. Elle n’avait pas l’habitude, et elle était certaine qu’elle était incapable de tenir une conversation avec quelqu’un sans citer quelque chose de triste. Elle y était habituée en fait. Sa vie avait toujours été remplie de tristesse. Certainement à cause de l’absence de son père, et de la folie de sa mère. Et son frère qui prenait tout sur ses épaules. C’était bien ça qui l’attristait le plus, et elle s’en voulait, de s’être tant reposée sur lui. Mais elle n’avait pas vraiment eu le choix, sinon elle aurait certainement pété un plomb bien avant que le Conseil ne découvre son existence. « Ça aurait été mieux de se connaître ailleurs quand même. Là on peut même pas jouer aux cartes ! » Qu’est-ce que ça lui manquait ça d’ailleurs ! Une bonne partie de cartes avec Bellamy, comme quand ils étaient plus jeunes. Elle se demandait d’ailleurs si son frère avait gardé les cartes du jeu des 7 familles qu’ils avaient faits ensemble, il y a quelques années… Elle espérait que oui, parce qu’ils s’étaient bien éclatés à faire ça, et ces cartes étaient associées à des bons souvenirs. Des souvenirs qui redonnaient du baume au cœur de la jeune femme, pour une fois. Et oui, les souvenirs ne laissaient pas que des traces douloureuses, ils étaient aussi réconfortants, quand on approchait la mort à grand pas. En tout cas, Octavia n’avait pas pu s’empêcher de demander à son voisin s’il l’appréciait. Parce que c’était une chose qui comptait pour elle. Ah, le regard des autres… Et oui, même dans l’espace, des siècles plus tard, c’est encore quelque chose dont les gens se soucient. Et surtout Octavia, en fait, qui toute sa vie, a été jugée par les personnes qui l’entouraient, d’une certaine manière. Et elle savait très bien que tout le monde parlait dans son dos. « Moi je te rassure ? » Elle était extrêmement étonnée en fait. Elle arrivait déjà pas à se rassurer elle-même… Comment est-ce qu’elle pouvait rassurer les autres ? Pour elle, c’était totalement absurde. Elle n’était pas douée pour ça, en plus. C’était son frère, qui faisait bien les choses, et qui arrivait toujours à trouver les mots pour rassurer les gens, elle le savait très bien. Elle, elle finissait toujours par dire un truc de travers parce qu’elle avait grandie enfermée dans une pièce sans entrer spécialement en contact avec les autres personnes… Forcément, même si elle parlait à son frère et à sa mère, pour le contact humain, ça n’aidait pas des masses.

Enfin, elle était tout de même contente d’aborder un sujet qu’elle maîtrisait comme la mythologie. Son frère lui avait lu tellement d’histoires là-dessus, et tellement de fois les mêmes, en fait, qu’elle les connaissait par cœur. Et c’était un univers qu’elle avait toujours apprécié, sans vraiment savoir pourquoi. Après tout, il y avait des histoires assez barbares, en plus des incestes, et tout le bazar là-dedans… C’était pas franchement politiquement correct. Et c’était peut-être pour ça que ça lui plaisait autant, en fait. « Tu sais très bien que tu l’es, sinon je te parlerais pas. » Il était clair que pour rester muette, Octavia était une grande spécialiste. Et quand elle n’appréciait pas quelqu’un, elle gardait le silence. Enfin, même quand elle appréciait quelqu’un, ça lui arrivait de ne pas parler, mais ça, c’était parce qu’elle était timide, en fait. Et sa timidité, pouvait la plonger dans le mutisme et dans un état presque second. Comme si elle avait soudain croisée le regard de Méduse et se transformait en une statue. Enfin, en tout cas, elle était aussi contente d’aborder un sujet qu’elle ne connaissait pas. Octavia avait toujours été curieuse de tout, et plus particulièrement des choses qu’elle n’avait pas eu l’occasion de connaître. La drogue en faisait partie. Elle était presque certaine que son frère en avait déjà consommé, mais elle n’avait jamais osé lui demander ce que ça faisait. Elle avait pas vraiment envie de se faire engueuler aussi, il faut le dire. Du coup, elle profitait de l’expérience de Jasper pour se renseigner un peu plus là-dessus. « D’un côté ça a l’air cool, pour les sensations et tout ça, comme tu dis. Mais de l’autre… En fait, t’en prends pour te détendre, mais tu te retrouves encore plus dans la merde après… » Elle pensait avoir fait un bon résumé de la situation. Et bizarrement, elle n’avait pas vraiment envie de tester ça. Même si elle même avait consommée des médicaments. Mais c’était différent, ce n’était pas de la drogue à proprement parler, et si elle les prenait, c’était pour pouvoir trouver le sommeil. Guérir de la souffrance qu’elle portait en elle tous les jours. Et forcément, quand elle n’avait plus rien pour l’aider contre ça… Elle allait mal, c’était logique. Et ouais, Octavia se rendait compte qu’en fait, elle était une droguée.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jasper Jordan


Messages : 85
Date d'inscription : 08/05/2017
Ft : Devon Bostick
Crédits : moi même :3

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares Sam 5 Aoû - 12:18



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

The dream of my nightmares

Jactavia

Jasper esquissa un sourire derrière ce mur de métal froid. C’etait ça qu’il aimait avec sa voisine de chambre. C’etait qu’ils pouvaient parler de façon insouciante. C’etait qu’il se sentait moins seul et surtout qu’elle arrivait a lui mettre du baume au cœur. Il etait difficile de sourire dans une telle situation. Et pourtant elle y arrivait. Elle avait raison cela dit Jasper aurait aimé la connaître avant aussi. Sans ce mur la. Il etait sur qu’elle aurait été une super amie.  Mais qui sait peut etre que s’ils sortaient ils pourraient se voir.

- C’est vrai. Mais au moins le destin nous a réuni. Et puis si on sort on pourra toujours faire une partie de cartes et tu verras que je suis plutôt doué.

Ou du moins il ferait de son mieux c’etait une certitude. Il aurait bien aimé gagner oui. Il aimait bien ça gagner au jeux. Et puis peut etre qu’il l’impressionnerait un peu ? Jasper etait pas très sur de lui en vérité. Même si parfois il donnait l’impression de l’etre ce n’etait pas vrai en fait. La seule chose sur laquelle il se sentait vraiment sur c’etait la chimie. Allez savoir pourquoi mais il etait très doué pour ça. S’il n’avait pas été en prison peut etre qu’il aurait pu continuer de brillantes études ?

Pour le moment il ne voulait pas penser a ça. Il avait l’impression de faire une déclaration a sa voisine de cellule la mais il lui disait juste ce qu’il ressentait. Elle semblait surprise par un point. Elle ne s’attendait pas a le rassurer ? Oh … C’est qu’elle devait peut etre le trouver faiblard la non ? Ou juste qu’elle n’etait pas habituée a ce qu’on lui dise ça.

- Oui. Tu me rassures. Jme sens moins angoissé quand je te parle. Et pas seulement parce qu’on est dans le même bateau. Parce que … T’arrive a me faire me sentir mieux dans cette saleté de cellule. Et je te remercierais jamais assez pour ça.

Et tout ce qu’il disait la etait vrai. Tout ce qu’il disait la n’etait pas juste un mensonge ou quelque choses d’inventé pour faire plaisir a sa voisine de cellule. C’etait juste la vérité. En tout cas elle le trouvait sympa c’etait déjà ça. Et elle avait un très bon argument, c’est vrai qu’ils se parlaient tout le temps et si elle trouvait Jasper exécrable elle ne répondrait plus.

- C’est pas faux !

Ahhhw mais voilà qu’ils parlaient de choses sérieuses. Ou pas trop justement. Jasper espérait que parler de drogue ne donne pas des idées a sa voisine de cellule. Apres c’etait pour ça que le jeune chimiste c’etait retrouvé derrière les barreaux alors il n’avait pas très envie qu’une fille qu’il apprecie ne tente le diable alors qu’elle avait echappé une fois a la peine capitale. Mais elle avait plutôt bien resumé la situation.

- Ouais voilà. Et de toute façon ce n’est pas autorisé sur l’Arche c’est pas vraiment le bon plan. En plus apres tu te retrouve ici et t’as plus rien sous la main. C’est pas très agréable.

C’etait du vécu en fait et il espérait qu’il pourrait la dissuadé un peu. Même si bon avant d’etre enfermé Jasper n’avait pas tellement été dans cette optique la au contraire. Lui avait voulu partagé ses trouvailles avec pas mal de gens. Pendant leurs soirées … Mais avoir été enfermé ici l’avait fait un peu réfléchir. Oui juste un peu. Parce que s’ils ne risquaient pas gros a prendre des substances illicites Jasper aurait continuer a les partagers. Enfin par risquer gros il entendait juste se faire éjecter. Ca faisait un moment qu’il ne se souciait plus du tout de sa santé. De toute façon ca ne servait pas a grand chose de s’en soucier sur l’Arche n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] The dream of my nightmares

Revenir en haut Aller en bas

[05/04/2482] The dream of my nightmares

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: L'Arche :: Walden-