AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes :Moskiums, Hémérians et Arkers ! Essayez de les privilégier pour les premiers évents à venir Wink
Les habitants du Mont Weather seront jouables dès début juin en ce qui concerne les demandes de MC, puis seront ouverts pour tous début juillet (ou peut-être avant, à voir Razz ) !
Ouverture de la ChatBox tous les samedis, dès 18h (heure française Smile ) ! Ouverture, samedi 24 dès 14h !
Les premiers évents font leur entrée sur IE ! Very Happy

Partagez|

[16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Orion
Membre à l'honneur


Messages : 493
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Sam 3 Juin - 1:11

Lieu du rp : LakeFo, Trikru, dans un hôpital de fisa
Date du rp : Le 16/04 dans l'après midi.
Participants : Orion et Anadéia
Météo : Anadéia nous le dira, Orion dormait jusque là...
But du rp : Rencontre entre frère et soeur... Qui s'ignorent.
Résumé du rp : (A éditer une fois le sujet terminé. Ca vous permettra de voir si vos persos vous ont laissé faire ce que vous vouliez. Et surtout, ça vous permettra de nous dire ce qui a pu se passer d'important, pour la chrono générale si cela s'avère utile. Ou ça servira simplement aux gens qui peuvent être concernés par votre sujet ! N'hésitez donc pas à nous dire si vous avez dû vous battre, si vous avez eu de la "visite" de la Faune et/ou de la Flore... Bref, on veut tout savoir !)
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion
Membre à l'honneur


Messages : 493
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Sam 3 Juin - 1:12

La chasse au Cardueilois était certes une activité qu'Orion affectionnait particulièrement, notamment dans le cadre de la vengeance, cela restait malgré tout dangereux. Bon, d'accord, la plus grosse blessure qu'il avait, c'était cette côte cassée suite à sa rencontre musclée avec une panthère particulièrement hargneuse. Il avait certes impressionné la Riweth par ses actes, il n'en restait pas moins qu'il aurait largement préféré revenir victorieux mais sauf. Là, il allait en avoir pour un moment à s'en remettre. Il avait même été trainé par la suite sur un cheval pour retourner au village pour se faire soigner par un con de fisa qui finalement n'avait pas servi à grand chose.

Si la nuit avait été courte, car ce fisa n'avait pas accepté qu'Orion mange de ces noix qui auraient endormi sa douleur et en même temps qui aurait pu l'aider à s'endormir. Mais dans tous les cas, il avait fini par fermer les yeux quelques instants, pour finalement voir à son réveil le visage d'Alkaia, venue lui rendre visite. Certainement avait-elle entendu parler de ses exploits et avait-elle tenu à le voir en personne. Ils se voyaient beaucoup ces temps ci... Mais au moins elle en avait profité pour lui couper les cheveux, qui commençaient à être beaucoup trop longs. Ils le gênaient lorsqu'il devait voyager, se battre, chasser.

Maintenant, il se sentait nettement plus léger, ses cheveux coupés très courts. C'était même tellement agréable qu'il se demandait pourquoi il ne l'avait pas fait avant. Et puis, il avait continué à se reposer, allongé sur cette couche de fortune, quand il se fit réveiller par des appels au fisa. Une voix de jeune adolescente, sûrement ayant besoin d'aide. Sauf que là, il n'était pas chez lui, et il ne pouvait pas agir de suite.

Cependant, la jeune fille eut beau appeler au fisa, il n'était visiblement pas là ce con... Faudrait pas qu'il soit en train de crever ! Même pas un apprenti présent pour surveiller ! Jamais l'hôpital d'Orion avait été vide. Toujours au moins lui, Rigel ou Véronica, qui avait l'avantage d'être une esclave réellement utile. Puis il en avait marre d'entendre crier, alors il se redressa difficilement - sans adrénaline, c'était un peu douloureux, mais c'était au moins peut être moins cassé que ce qu'il le pensait. Il attrapa son manteau, dans lequel se cachaient des noix qu'il s'empressa d'avaler à toute vitesse, sans vraiment s'en cacher, puis regarda la jeune femme :

"Il est pas là le fisa du village. Mais j'suis là. T'as besoin de quoi ?"


Il espéra qu'elle ne fasse pas trop de commentaire sur les bandages qui enserraient son torse. Mais elle lui disait quelque chose... Ou plutôt elle lui rappelait quelqu'un. C'était une impression très fugace qui ne voulait pas partir. Et puis, puisqu'il était là, autant qu'il serve à quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Anaidéia


Messages : 183
Date d'inscription : 29/04/2017
Ft : Maisie Williams
Crédits : aslaug&tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Sam 3 Juin - 20:35



       

       
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Orion & Anaidéia - Family isn't defined only by last names or by blood; it's defined by commitment and by love. It means showing up when they need it most. It means having each other's back. It means choosing to love each other even on those day when you struggle to like each other. It means never giving up on each other.  
My way back to my family  
Ce qui devait n'être au départ qu'un bref séjour à Algo, s'était transformé en une quarantaine infernale. Et ce qui avait débuté sur une mémorable célébration, c'était achevé par un sinistre massacre. Il était rare que les nightblood puissent quitter Polis, ce qui rendait chaque occasion d'échapper à ce confinement unique, et faisait sonner chacune de ces expéditions comme un doux privilège.

En digne gona qu'elle se devait d'être en tant que natblida et peu désireuse de manquer ne serais-ce qu'une occasion de parfaire ses techniques au combat, la gamine s'était fondu parmi un groupe de gona qui devait aller s'entrainer en forêt, au lendemain du grand abandon, inévitablement accompagner d'un krianus ou d'un yazhukru, elle ne s'en souvenait plus trop, peut-être même qu'ils avaient été plusieurs, elle ne savait plus si d'autres nightblood s'était joint à cet entrainement improvisé ou non. Si cet épopée en forêt c'était décidé au dernier moment, ce qui avait été plus inattendue encore, ça avait été l'attaque de quelques Cardueilois enragés. Dix d'entre eux étaient tombés, d'autres avaient été blessés, plus ou moins grièvement, dont la boudalankru. Elle avait crié vengeance, et se serait volontiers élancé à la poursuite ces quelques ordures, avec ceux qui le désiraient aussi hardiment qu'elle, si sa blessure ne l'avait pas empêcher de se déplacer convenablement.

Alors elle c'était retrouvé là, affalée sur une couche de l'hôpital le plus proche du lieu du carnage. Oh en soit elle s'en était plutôt bien sortie, ou presque. Quelques blessures ici et là, qui n'avait rien de bien inquiétant, excepté celle dont on avait gratifié sa hanche droite. Entaillé plutôt profondément par une lame quelconque, la corrosion de sa chair dû à cette blessure était plutôt préoccupante. Ils avaient du empoisonner les lames de leurs armes, ces abrutis. Les bandages ayant servis à couvrir sa plaie avait d'ailleurs été attaqué à leurs tours, sûrement par les restes de ce qui avait imbibé la lame de ces Cardueilois à la con. Probablement de la sève de sapin, vu l'agressivité de la chose. En ayant remarqué ceci, la natblida avait cherché à trouver autre chose, et c'était donc levé de sa couche, il n'était jamais bon de laisser une plaie béante ainsi exposé. Cependant, cela avait été une mauvaise idée, puisqu'à peine levé, une hémorragie c'était déclenché. Manquait plus que ça tiens. Elle avait bien tenté d'y stopper avec le reste de ses bandages, mais le sort semblait décidé à l'emmerder. Alors elle c'était finalement décidé, amer, à appeler le Fisa en charge de la bâtisse. Elle n'était pas du genre à apprécier se reposer sur les autres, d'autant plus lorsque ce que quelqu'un d'autre était un homme, elle ne tenait cependant pas à se vider de son sang. Alors elle l'appelait, sans que cet abrutis ne daigne se manifester. Génial.

« Il est pas là le fisa du village. Mais j'suis là. T'as besoin de quoi ? » Que lui adresse un homme, qu'il ne lui semblait pas avoir déjà vu. Si le Fisa n'avait pas été foutu d'être réceptif à son appel, cet inconnu l'avait été. Et il avait fallu que se soit un homme, évidemment. Alors elle releva les yeux vers ce dernier, qui devait bien la dépassé de deux ou trois têtes, relevant au passage les bandes qui ornaient son torse. Il n'était donc pas de ceux gérant cette hôpital, mais si il c'était manifester, c'est bien qu'il devait s'y connaitre un minimum, en matière de soins. Ou alors il était totalement débile et souhaitait simplement faire son intéressant. Anaidéia préférait cependant pencher pour la première option, c'est ce qui l'arrangeait le plus.
La façon qu'elle avait de la regarder montrait cependant qu'actuellement, elle était entrain de la jauger, peut-être même de la juger, et elle ne s'y gênait pas, peut-être parce-que ces traits lui semblaient familier, d'une certaine façon. La douleur la lançant l'empêchait cependant de s'attarder sur ce genres de détails.

« J'espère qu'il a une bonne excuse, du genre être entrain de crever, pour laisser des vingtaines de blessés sans surveillance.»
Elle était plutôt amer, pas seulement parce-que ça l'emmerdait qu'il ne soit pas là, ce Fisa, mais parce-que d'autres pourraient avoir besoin de lui.  La question de l'inconnu lui revenant, elle réfléchit rapidement à ce qui pourrait lui être utile dans pareil situation, tout en compressant un peu plus les bandages sur sa plaie qui ne semblait pas vouloir cesser de saigner. « J'penses que des pansementhes pourraient être utile. Je crois que la lame qui m'a blessé était imbibé de sève de sapin.» Et finalement, elle se décida à poser la question qui lui brûlait les lèvres. « Tu t'y connais en ce qui concerne les soins ? » Pas qu'elle ait pas envie d'être " prise en charge " par un abruti, mais un peu quand même.




CODE BY MAY


Dernière édition par Anaidéia le Mer 21 Juin - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion
Membre à l'honneur


Messages : 493
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Dim 4 Juin - 0:02

De là où il était, Orion ne pouvait pas vraiment voir les blessures de la patiente, donc il avait demandé ce qu'elle voulait, dans l'espoir que si ce n'était pas trop grave, qu'il puisse au moins la guider vers un bocal, sans avoir à se lever tant que les noix ne faisaient pas effet. Par contre, ce qu'il pouvait parfaitement voir, c'était son visage qui le jaugeait, le jugeait comme s'il était un ahuri qui ouvrait sa gueule pour se la péter, sans connaître quoi que ce soit à l'art des guérisseurs. Elle avait de la chance... Lui était fisa.

Lorsqu'elle parla du fisa, exprimant qu'il avait intérêt à avoir une très bonne excuse, du style être mourant, pour ne pas être présent, il eut l'impression de s'entendre parler. Il eut même un rire sans joie, jamais lui même n'avait laissé ses patients sans surveillance, et si ce n'était pas la sienne, ce devait être celle de son fils, d'un apprenti, n'importe quoi. Mais au moins, si elle pouvait se permettre d'être amère, c'était que ça allait à peu près. Mais par acquis de conscience il se leva, sentant que les noix de gobi étaient enfin efficaces. Toujours dans cet esprit de fisa, il observa la jeune fille, jusqu'à voir sa cuisse dénudée et, visiblement, en train de pisser le sang. Bon, visiblement, elle savait ne pas paniquer... Et surtout, la couleur de ce sang était le même qu'Alkaia. Une natblida... Et vu qu'elle ne se cachait pas, elle devait faire partie de ces futures Heda. Tsk.

Et lorsqu'elle parla de pansementhes, par dessus une blessure béante visiblement coupée à la sève de sapin, il eut un autre Tsk. Bien entendu on allait laisser de la sève corrosive sur une blessure, avec de quoi enfermer la blessure par dessus, absolument ! Et lorsqu'elle demanda s'il s'y connaissait en soins, il eut un sourire amusé.

"C'est ton jour de chance, je suis fisa aussi. Mais pas ici, là je suis un patient. Mais puisqu'il faut mettre la main à la pâte..."


Il attrapa un linge propre qui trainait sur une table et le donna à la jeune fille afin qu'elle retire son bandage, ordre qu'il lui donna d'un ton peut être sec. Il devait absolument trouver de la sève de saule pleureur, c'était ce qu'il y avait de mieux pour contrebalancer l'acidité de la sève de sapin. Et après, il lui faudrait de ces fourmis à pince, pour suturer la plaie, parce qu'elle était vraiment vilaine. Il fouilla aussi vite qu'il put dans les bocaux du fisa du coin, pestant contre ce foutoir, quand il trouva enfin ce qu'il avait besoin.

Puis il s'assit à terre, face à la cuisse à la hauteur de ses yeux, puisqu'Anaidéia était assise sur sa couche. Il devait se tenir droit et difficile de le faire quand on devait se pencher. Puis, sans un mot il poussa la main de la jeune ville et commença à frotter avec un nouveau linge et de la sève de saule pleureur la blessure béante, tout en ouvrant de l'autre main le bocal de fourmi à pince. C'était d'énorme insectes avec des pinces bucales qui, une fois coincées dans la chaire, ne bougeaient plus - sauf geste brusque - et servaient de point de souture. Heureusement les pinces tenaient toutes seules et le corps de la fourmi pouvait être retiré.

Petit à petit, cela arrêtait le saignement qui n'était pas trop énorme heureusement, surtout que la sève de sapin devait être retirée au maximum. En passant, il récupéra une noix dans sa poche de manteau qu'il avait enfilé entre temps, et la tendit à la jeune fille :

"Croque la moitié et avale. Que la moitié, sinon tu seras dans les vapes."


Les noix de Gobi devait lui permettre de moins ressentir la douleur, mais en manger une entière, surtout si elle n'est pas habituée à ces noix, ce serait la défoncer totalement. Puis, une fois que la blessure fut totalement suturée, il récupéra un cataplasme de pansementhes, les feuilles ayant une autre efficacité lorsqu'elles étaient en bouillie, et l'étala sur les morceaux de pinces, autant pour bien désinfecter que pour les maintenir en place.

"Fait attention à ta cuisse, pas de mouvements brusques au moins pendant trois jours, le temps que ça recolle. Les pinces vont tomber toutes seules, ne t'en fais pas. Laisse à l'air, sauf si tu dois absolument voyager - évite dans la mesure du possible. Vu ?"

Il commença à ranger ce qu'il venait d'utiliser, quand son regard se fixa sur la tâche de naissance qui se trouvait juste à côté de la blessure. Il reconnaissait cette tâche... Pour la simple et bonne raison qu'il avait la même, au même endroit. Son frère, son fils aussi. Et... Son père aussi. Comme son père avant... C'était une tâche brune, en forme de loup qui hurlait à la lune, d'après la description la plus courante. C'était aussi, selon son Père, la preuve qu'ils étaient liés. Orion eut une pensée fugace tout en levant la tête pour voir son visage.

Puis, ne voulant pas non plus être pris en flagrant délit d'observation, il se redressa pour ranger ce qu'il avait utilisé, puis commença, sur un ton trompeur de conversation banale :

"Alors, tu viens d'où ? Il me semble t'avoir déjà vue, peut être Azgedakru ?"


Il voulait comprendre comment une jeune fille de 15 ans pouvait avoir la marque de famille de... Sa famille. C'était assez étrange, il n'avait observé cette tâche nulle part ailleurs que chez lui, et elle était tout de même assez spécifique. Alors, il allait tenter de comprendre, de savoir, par des moyens détournés. Car son père avait disparu depuis déjà de longues années, Rigel était encore bien jeune à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Anaidéia


Messages : 183
Date d'inscription : 29/04/2017
Ft : Maisie Williams
Crédits : aslaug&tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Dim 4 Juin - 17:54



     

     
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Orion & Anaidéia - Family isn't defined only by last names or by blood; it's defined by commitment and by love. It means showing up when they need it most. It means having each other's back. It means choosing to love each other even on those day when you struggle to like each other. It means never giving up on each other.  
My way back to my family  
C'était le genre de situation qui l'insupportait la gamine, se retrouver blesser et être incapable de se débrouiller par elle-même. Réaliser qu'elle n'était pas aussi indépendante et débrouillarde qu'elle pouvait désirer l'être. Et évidemment, comble de la chose, il fallait qu'elle soit  surprise  dans une situation qualifiable de faiblesse, par un homme. Cela n'aurait pas été amusant autrement, suffisamment humiliant, selon elle.

Elle ne s'était jamais embarrasser d'une discrétion quelconque lorsqu'elle jaugeait et jugeait quelqu'un, d'autant plus lorsque ce quelqu'un était un homme. Si on l'écoutait, ils n'étaient de toute façon que des bons à riens, mise à part quelques rares exceptions. Alors elle ne se gênait pas de montrer qu'actuellement, son jugement allait se reposer sur la première impression qu'allait lui donner cet inconnu, qui était selon sa personne, la plus importante. Si Anaidéia n'éprouvait cependant aucune gêne à juger autrui et à ce qu'autrui la juge, excepté un homme pour changer, elle avait cependant la fâcheuse tendance à ne pas supporter que le résultat de ce jugement soit manifesté, ayant elle-même la décence, généralement, de ne pas le faire. Alors quand cet homme se permis d'échapper une vague manifestation de mépris, ou tout du moins, c'est ce que la natblida en déduisait, elle s'en trouva presque irrité. Car même si c'était quelque chose qu'elle ne s'avouerait jamais, les mots et le jugement d'autrui l’atteignait, et plus encore, lui importait. Parce-qu'elle voulait paraitre forte, infaillible et plus que tout encore, digne.  

« Ta manifestation du mépris, tu peux te la garder.» Évidemment, il y avait plus intelligent à dire lorsqu'on s'adressait à un individu en mesure de vous aider, mais y avait un truc qui s'appelait être misandre, qui primait sur l'intelligence.« C'est ton jour de chance, je suis fisa aussi. Mais pas ici, là je suis un patient. Mais puisqu'il faut mettre la main à la pâte...» Fallait croire qu'il y avait plus malchanceux qu'elle, parce-qu'à ne pas douter, le comble pour un fisa devait être de se retrouver patient d'un autre.« Un fisa qui se retrouve patient.. C'est plutôt ironique.» Et un léger sourire amusé étira à ses lèvres sur ce simple constat.

A l'ordre qui lui est donné, ses lèvres se pincent, quelques secondes, avant qu'elle ne se décide à se saisir du linge qui lui était tendu, afin de se défaire de ses bandages. Elle n'était pas en mesure de faire les exigeante la gamine, alors aussi pénible que cela puisse être, elle devrait lui obéir, à cet inconnu. Elle n'aimait pas ça et ça se voyait, mais elle savait faire passer sa santé avant sa fierté, en général. Alors elle se la fermait et laissait cet inconnu faire son job, elle jouerait à la fille méprisante des hommes plus tard.

La nightblood regardait faire le fisa, sans broncher, profitant de cette situation, qui, aussi déplaisante soit-elle, pouvait toujours lui permettre d'en tirer quelques enseignements, ne sait-on jamais, qu'elle ou l'une des diverses personnes qu'elle pouvait fréquenter se retrouve dans une situation similaire. Elle était parvenu à reconnaitre les fourmis à pince, qui figuraient dans un bocal, faute d'avouer que ce n'était pas vraiment compliqué, mais pas ce dont le linge nettoyant sa plaie avait été imbibé. Si elle savait reconnaitre ce qui pouvait être utiles à l'art des soins, savoir en faire usage, elle y avait encore quelques difficulté.

« Qu'est-ce-que tu as utilisé pour le linge ? Des arbres de feuilles de vie, de la tige de pissenlit mauve, ou.. Peut-être de la sève de saule pleureur ? » Qu'elle interrogea tout en reportant son regard sur le visage du fisa. « Croque la moitié et avale. Que la moitié, sinon tu seras dans les vapes.» La gamine scruta ce qui lui était tendu pendant quelques secondes, avant de s'en saisir et d'en ingérer la moitié, comme conseiller, après avoir compris de quoi il s'agissait. C'est vrai que la douleur commençait à devenir franchement désagréable, preuve en était de ses mains presque crispés sur le bords de sa couche. « Une seule noix suffit à faire planer ? » Elle plissa légèrement les sourcils, elle avait du mal à se souvenir de ce genre de détails.

« Fait attention à ta cuisse, pas de mouvements brusques au moins pendant trois jours, le temps que ça recolle. Les pinces vont tomber toutes seules, ne t'en fais pas. Laisse à l'air, sauf si tu dois absolument voyager - évite dans la mesure du possible. Vu ? »
Pas d'entrainement pendant au moins trois jours, super. C'était le genre de nouvelle qui l’enchantait, veiller noter l'ironie. Elle allait prendre du retard dans sa formation, selon elle, et elle détestait ça. Oh et pour arranger les choses, elle risquait donc de retarder Heda et les autres nightblood présents à LakeFo. Ca l'emmerdait, et ça se voyait à l'expression qu'elle affichait, tantôt blasé, tantôt rageuse.  « Trois jours.. Génial.» Qu'elle déclara, déjà songeuse de ce qu'allait pouvoir engendrer cette nouvelle. « Compris.»

Maintenant que sa blessure était sous contrôle, Anaidéia en profita pour se rallonger sur sa couche, tandis que le fisa rangeait le bordel qui avait pu lui être utile. Et inévitablement, en auscultant le cataplasme couvrant sa blessure, son regard se figea sur sa tâche de naissance. Par réflexe, elle y agrippe ses ongles, à croire qu'elle aurait souhaité se l'arracher. Faute d'avouer qu'elle était loin d'apprécier cette marque qui la rattachait à son père. A vrai dire, elle détestait tout ce qui pouvait la lier, de près ou de loin, à son géniteur.

« Alors, tu viens d'où ? Il me semble t'avoir déjà vue, peut être Azgedakru ? » Elle relève la tête, intrigué par cette question. Étrange. C'était étrange, ce soudain intérêt qui lui portait, selon elle. Pourquoi est-ce-qu'il voulait savoir d'où elle venait ? C'était bien trop étrange pour l'enfant méfiante qu'elle était. « C'est drôle, parce-que je suis certaine de ne t'avoir jamais croisé jusqu'à aujourd'hui. Je présume donc que toi, en revanche, tu viens d'Azgeda.»   Elle le jaugea une nouvelle fois, histoire d'être certaine de son affirmation. Non, elle ne l'avait jamais vu. « En quoi ça t'intéresse ? »




CODE BY MAY


Dernière édition par Anaidéia le Mer 21 Juin - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion
Membre à l'honneur


Messages : 493
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Sam 10 Juin - 23:15

Soigner cette gamine n'était pas une partie de plaisir, ça non. D'autant qu'elle avait l'audace de poser des questions ! Orion n'aimait pas trop en dire aux patients. Après ils se croyaient fisa à leur tour et faisaient n'importe quoi. Non pas qu'il tenait particulièrement à leur vie, mais il était souvent pointé du doigt quand un type sortait de son hôpital sur les deux jambes pour finalement finir comme premier rôle dans un rite funéraire. Alors, lorsqu'elle demanda ce qu'était la sève utilisée pour la soigner, il la regarda juste d'un air scrutateur, en chuchotant à peine la réponse. Tant pis si elle n'avait pas entendu, il ne répéterait pas. Mais le coup final, ce fut la question demandant qu'une seule noix pouvait faire planer... A peine adolescente, blessée, fatiguée ? Oh ça oui, elle risquerait bien de planer. Il ne prit même pas la peine de répondre.

Il finit enfin par terminer ses soins, et lui donner ses recommandations. Enfin, comme beaucoup de natifs, probablement ne l'écouterait-elle pas. Ils avaient la tête dure, mais aussi butée, très butée. Et les jeunes filles ne faisaient pas exception à la règle... Surtout quand il s'agissait de natblida du conclave. Ils avaient une sacrée épée de damoclès par dessus la tête, sachant déjà qu'ils risqueraient de mourir pour rien. Mais au moins, elle avait compris.

Et ça aurait pu s'arrêter là si Orion n'avait pas noté la présence de cette marque. Il en avait été tellement intrigué qu'il n'avait pu s'empêcher de poser des questions à la jeune fille. Surtout qu'elle avait bien aggripé cette marque... Il était sérieusement intéressé par la question. Mais il ne voulait pas lui faire part de suite de ses questionnements. Donc il s'était contenté de lui demander d'où elle venait... Et elle avait l'air sacrément méfiante, la gamine. Provocante aussi, elle aimait tester les limites. Comme un arrière gout d'Alkaia...

"En effet, je suis d'Azgeda. Et il s'agit simplement de discuter. Je ne vais certainement pas faire causette avec lui, là..."


Il désigna une personne dans un lit, qui avait visiblement été griffé par un félin dans la forêt, vu la magnifique lardasse en trois lignes qui traversait ses lèvres. Il allait certainement avoir du mal à bouger sa bouche pendant un moment, et en plus de ça il devait être sacrément shooté pour supporter la douleur, endormi. Mais il se réintéressa à la gamine. Et sans vraiment faire attention, il la fixa dans les yeux, et resta muet quelques instants.

Les yeux de la jeune fille. Ils étaient gris, comme les siens, et comme ceux de leur père. Gris profonds, avec cette petite tâche dans l'oeil, qu'il parvenait à deviner maintenant qu'il savait quoi chercher. Il eut un instant sans respirer. Cette tâche aussi était héréditaire. Cela ne pouvait signifier qu'une seule chose...

Orion devait avoir blanchi à vue d'oeil, il n'était clairement pas à l'aise. Voilà un bon moment que son père avait disparu. A l'époque il s'en moquait pas mal, après tout son père n'avait jamais réellement agi comme tel envers lui. Lorsqu'il avait disparu, enlevé par ce maudit camelotien vendeur de chair fraiche, il avait été recherché un temps, puis abandonné pour être remplacé par Sirius, son petit frère. Et il fallait croire que son père n'avait pas été ravi de récolter un fils traumatisé, attiré par le feu et sujet à des crises de démence. Que pouvait-on attendre d'un gamin qui avait survécu à des cannibales après tout ?...

Mais le fait était qu'il avait disparu un jour, emportant ses affaires. Il n'avait quand même pas fait un autre enfant ? Cette gamine, elle avait quoi, 15 ans à tout péter ? Il avait disparu depuis... 17 ans ? Ca pouvait coller. De toute façon, ça ne pouvait pas être autre chose. Trop de choses... Trop de ressemblance. Il pouvait presque voir Sirius dans ces traits. Lui avait pris beaucoup plus de leur mère. Et puis, la folie pouvait marquer des traits beaucoup plus durablement... Il devait savoir. Maintenant.

Cette réflexion, qui avait dû durer tout juste quelques secondes, ne laissa pas vraiment le temps à la patiente de répliquer. Il enchaîna directement :

"Tu ressembles à quelqu'un que je connais. De ce fait, je m'intéresse un peu à ton cas. Je vais me présenter quand même. Orion kom Azgeda, ai laik fisa kom Ockefell. Et toi ? Je devine une natblida du Conclave..."


Orion avait 36 ans. Il se sentait bien trop vieux pour avoir... Une soeur. Voilà, c'était dit. Une soeur, de même père. Et une soeur natblida qui était dans le conclave. Sérieusement ? Est-ce qu'il était réellement un poissard ou bien la vie était réellement une salope ? Il aurait pas pu avoir une soeur cueilleuse de pâquerettes ? Déjà qu'Orion n'était pas fan du tout de la Kongeda, préférant largement n'avoir à répondre qu'au trône d'Azgeda - si possible, ou plutôt totalement occupé par Roan. Il devait déjà trouver un moyen de l'aider à obtenir cette place qui lui revenait de droit, et il ne rêvait que d'une seule chose, c'était de ne plus avoir à dépendre de Heda.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Anaidéia


Messages : 183
Date d'inscription : 29/04/2017
Ft : Maisie Williams
Crédits : aslaug&tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia Mer 21 Juin - 1:41



     

     
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Orion & Anaidéia - Family isn't defined only by last names or by blood; it's defined by commitment and by love. It means showing up when they need it most. It means having each other's back. It means choosing to love each other even on those day when you struggle to like each other. It means never giving up on each other.  
My way back to my family  
Elle était curieuse la gamine, elle aimait savoir et comprendre ce qui l'entourait, tout particulièrement au sujet de Raesia, dont le domaine l'avait toujours passionnée. Peut-être parce-qu'elle avait grandit en apprenant à s'y dissimuler, peut-être car cette dernière offrait autant de remèdes que de poisons. De plus, elle était formé, tout du moins on lui apprenait les bases, de l'art des soins depuis qu'elle se trouvait à Polis, et c'était sûrement l'un des aspects de sa formation qui lui plaisait le plus. Bien qu'il ne soit pas d'avantage exploité, à son plus grand regret. Alors pouvoir, pour une fois, observé un Fisa en action, quand même était-elle la patiente, c'était une occasion qu'elle ne pouvait se permettre de louper, selon elle, pour en apprendre d'avantage. Alors elle questionnerait, qu'importe combien cela pourrait l'agacer, et elle se contenterait de ses réponses brèves et sèches, voir inexistante. Bien qu'elle ne puisse retenir un soupir lorsque l'inconnu ne daigne lui fournir une quelconque réponse à sa dernière question. Ils semblaient visiblement avoir tout deux de sérieux problème avec ce qu'on appelait " être sociable ".

« En effet, je suis d'Azgeda. Et il s'agit simplement de discuter. Je ne vais certainement pas faire causette avec lui, là...» La natblida faisait donc face à un Azgedakru, peut-être devait-elle songer à se montrer d'avantage prudente dans ce cas, après tout elle connaissait fort bien la réputation de ce clan. Quel natif ne la connaissait pas après tout ? Aux derniers mots qu'il lui adressa, la gosse tourna son visage en direction du patient que le Fisa lui indiqua. Effectivement.. Faire la conversation avec ce natif risquait d'être plutôt compliquer. Cependant, un léger sourire ironique étira ses lèvres. « On sait jamais, tu peux toujours essayer de lui faire la discussion. Peut-être qu'il te répondra en te faisant des signes.» Elle, chercher à provoquer ? Pas le moins du monde voyons.

L'attitude qu'adopte l'inconnu l'espace de quelques secondes l'intrigua. Il semblait dubitatif, et étrangement observateur. Comme si il cherchait à relever quelques détails bien précis, qu'il n'était possible de reconnaitre et distinguer que lorsqu'on en avait connaissance. Les sourcils de la gamine se froncèrent légèrement, lorsqu'il se mit à palir à vu d'oeil. Elle lui aura bien balancé une remarque moqueuse, comme elle savait le faire, mais il la devança en reprenant la parole avant elle. Ce fut donc les lèvres entrouverte qu'elle dut écouter ces prochains dire, l'air plutôt dubitative.

« Tu ressembles à quelqu'un que je connais. De ce fait, je m'intéresse un peu à ton cas. Je vais me présenter quand même. Orion kom Azgeda, ai laik fisa kom Ockefell. Et toi ? Je devine une natblida du Conclave...» Voilà qui expliquait le soudain intérêt qu'il lui portait ainsi que ses regards insistants. Elle lui rappelait une tierce personne qu'il avait connu. Cependant, ce n'était pas le genre de nouvelle qui la rendait euphorique. Au contraire même, elle en était aussi contrarié que perplexe. Ressentit qui se devinait à ses traits qui s'étaient tirés à l'entente de ces mots. A qui est-ce-qu'elle pouvait bien ressembler qu'il ai pu connaitre ? Elle doutait qu'il ai un jour connu ses parents, ne se doutant pas encore de ce qu'elle risquait d'apprendre. « Tu devines juste.» Qu'elle se contenta d'ajouter, se permettant de le jauger une nouvelle fois. C'était un de ses tics récurant qu'elle avait depuis l'enfance. A vrai dire, elle cherchait surtout à déterminer si il était digne qu'elle lui réponde. Et elle en déduisit finalement qu'il l'était. Au moins pour l'avoir soigner.« Hm.. Dis-moi à qui je ressembles et pourquoi, peut-être que je te dirais qui je suis en suite.»  Elle préférait attendre encore un peu avant de lui répondre clairement. C'était bien trop étrange à ses yeux, qu'elle ressemble à quelqu'un qu'il ai pu connaitre. « Cela fait 15 ans que je foule notre sole. Contrairement au fuyard de Praimfaya.» Et elle était étrangement amer à sa seconde phrase. Oh ce n'était pas important comme information, elle doutait même que cela intéresse Orion. Mais c'était sa façon de montrer sa bonne foie, d'une certaine manière. Que si elle avait ses réponses, elle daignerait en fournir à son tour à ses interrogations. Parce-qu'elle était méfiante et qu'elle avait besoin d'être mise en confiance, mais également parce-qu'elle se languissait de pouvoir détenir un semblant de stupide supériorité. Quoi de plus normal pour une gamine qui tentait de dissimuler un sentiment d'infériorité écrasant, à cause de son paternel aux ancêtres venant du ciel.  


CODE BY MAY
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia

Revenir en haut Aller en bas

[16/04/2482] My way back to family - Ft Anadéia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Autres endroits-