AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes :Moskiums, Hémérians et Arkers ! Essayez de les privilégier pour les premiers évents à venir Wink
Les habitants du Mont Weather seront jouables dès début juin en ce qui concerne les demandes de MC, puis seront ouverts pour tous début juillet (ou peut-être avant, à voir Razz ) !
Ouverture de la ChatBox tous les samedis, dès 18h (heure française Smile ) ! Ouverture, samedi 24 dès 14h !
Les premiers évents font leur entrée sur IE ! Very Happy

Partagez|

[15/04/2482] Don't ignore me this time [Lexa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Alkaia


Messages : 335
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Shiya
Signature : Vikings + Marissa Meyer & hedgekey (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: [15/04/2482] Don't ignore me this time [Lexa] Dim 18 Juin - 22:02

Spoiler:
 


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't ignore me this time
Lexa & Alkaia

« Même les gens bien font parfois des erreurs […].
Mais ce n'est pas pour autant qu'on arrête de les aimer. »


C'était tout le temps silencieux. Plus un seul regard, plus une seule lueur dans ce regard vert. Plus d'amusement. Rien. C'était vide entre nous. J'avais perdu ma meilleure amie. Je ne devais pas trop me plaindre, j'avais toujours mon boulot. Mais je n'avais plus cette relation que j'aimais tant. Des mois, bientôt un an que nous ne nous parlions plus. C'était douloureux, c'était triste ... ce n'était plus nous. Souvent, j'avais hésité à lui en parler, à lui dire ma façon de penser comme je l'avais souvent fait. Mais je n'avais pas osé. La blessure était trop récente, la perte encore trop grande. Alors j'ai attendu. On ne savait pas ce que la vie nous réserverait.

Et rien. Ça ne c'était pas amélioré, que du contraire ! Petit à petit, notre relation était passée de meilleures amies à une relation strictement professionnelle. J'étais, tout au plus, une de ses Yazhu. Évidemment que ça m'avait blessée, j'ai essayé de lui faire comprendre ... mais Lexa, c'est ma Heda, je n'avais pas de grandes marges de manœuvres. Alors, je me suis tue. J'ai enduré ces regards froids et neutre, parfois triste et coupable. Costia, c'était l'élément déclencheur. J'avais fais une erreur, pire que ça même. J'aurais pu mourir pour elles deux, parce que c'est mon travail mais aussi parce qu'elles étaient des amies.

Pendant un moment, j'ai fais des aller retour dans une chambre que je pouvais occuper lorsque je n'avais pas le temps d'aller me reposer chez moi, à Cyston. Je ne parvenais pas à trouver le sommeil, à me reposer comme je devais le faire. Le jour d'avant était celui du Grand Abandon, et ça avait été un honneur d'accompagner mon Commandant à cette fête. Ça aurait été un double honneur d'y accompagner mon amie. Mais je ne pouvais rien faire, n'est-ce pas ? Qu'y avait-il à faire ? Lexa détenait un droit de vie et de mort sur chacun d'entre nous. Si j'allais lui parler et qu'elle décidait de ... je ne sais pas moi, me renvoyer ? Me bannir ? Je ne pouvais pas risquer tout ça ... risquer ça pour une amitié probablement perdue à jamais. Je m'étais posée sur le lit un instant. Cela ne me ressemblait pas d'être défaitiste. Je ne voulais pas perdre cette bataille, mais comme faire pour la gagner ? Anya m'aurait probablement dit d'aller lui parler, de régler nos comptes. Peut-être même en entraînement comme elle l'avait fait avec moi. Ce ne serait pas beau à voir, entre Lexa et moi.

Je repris mes aller retour d'un pas un peu moins vif. Je secouais la tête, pensive. Heureusement que j'avais gardé mes cheveux noués avec ces petites tresses ; ils m'auraient embêté. Manquerait plus que je décide de me couper les cheveux simplement parce que je suis contrariée ... Libérée du poids de mon épée et de mon arc que j'avais laissé à côté de mon lit, ainsi que de ma veste, j'allais observer Polis. La vue était belle, l'extérieur était reposant. Peut-être que cela m'aiderait à me concentrer, à savoir ce que j'allais faire. Les mains sur le muret, j'observais simplement. Mes pensées n'y étaient pas, dérivant sur cette relation devenue chaotique. Au fond, je savais ce que je devais faire ; je ne savais pas si j'aurais assez de cran pour le faire. Nuance. Moi qui ait pourtant une grande gueule ... Lexa était Heda, je n'avais pas choisi ma meilleure amie pour rien. Je n'avais pas choisi du tout, en fait. Nos parents étant amis, c'était normal pour nous. Je me demande s'ils avaient, eux aussi, connu des périodes difficiles dans leur amitié. Probablement.

Je fis soudain demi-tour, attrapa ma longue veste noire (je suis toujours toute habillée de noir) et sortis de la pièce. Je savais qu'elle serait gardée, pas besoin de prendre mes armes avec pour ça. Je n'étais pas si loin que ça de Lexa. Tournant dans le couloir vers ses quartiers, j'inspirais longuement tout en me demandant si c'était une bonne idée. Je fonçais pour éviter d'y réfléchir, mais je ne fonçais pas encore assez. Je savais qu'il fallait crever l'abcès, c'est tout. Arrivée devant sa chambre, je laissais échapper à ses gardes que je devais voir Heda. J'évitais de l'appeler par son prénom. Je ne sais pas pourquoi, mais je faisais encore attention à cela. On m'ouvrit les portes et je m'engouffrais dans la pièce.

Il était rare que j'y vienne sans y être invitée ... depuis l'incident. Rare que j'y vienne sans mes armes, mais je ne devais pas prendre mon service avant plusieurs heures. J'avais donc le temps de lui parler et de retourner chercher mes armes. Si je n'étais pas virée d'ici là. Je restais figée, l'observant, méfiante. Je n'étais pas souvent méfiante. Je relevais le menton, prenant du courage. Il fallait que cela cesse.

« Lexa, il faut qu'on parle. Ça ne peut plus durer. »

Oh, elle saurait de quoi je voulais parler. Si elle n'était pas trop butée, elle saurait que ça n'allait pas. Je continuais néanmoins, avant qu'elle ne m'interrompe ou qu'elle ne me regarde avec son regard inexpressif, comme elle a su le faire dès la mort de Costia.

« Il faut que tu arrêtes de m'en vouloir pour Costia. Je m'en veux déjà assez moi-même, et tu sais que j'aurais préféré mourir à sa place. »

J'avais lancé le pavé dans l'étang, j'espérais qu'il ne coulerait pas trop vite. Je ne voulais plus de cette relation froide et impersonnelle. Peut-être que ça ne reviendrait jamais comme avant, soit, mais au moins pas comme ça. Plus comme ça. C'était bête, mais je voulais récupérer mon amie, et je crois que je ferais n'importe quoi.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lexa


Messages : 48
Date d'inscription : 05/06/2017
Ft : Alycia Debnam-Carey
Crédits : Cocci

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15/04/2482] Don't ignore me this time [Lexa] Mar 20 Juin - 5:16

Don't ignore me this time
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Aujourd'hui, comme tous les jours depuis dix mois, je suis pensive, toujours loin dans mes pensées. Et je ne dors plus exception faite lorsque je suis vraiment exténuée et encore... Même dans ces cas la, il suffit que je pense au calvaire que Costia à du vivre et ma fatigue s'envole tel un faucon. Preuve en est, je devrais supposément dormir en cet instant au regard de la grosse journée qui a eu lieu hier. C'était la cérémonie du grand Abandon, cette année elle a eu lieu à Algo, en territoire Trikru. J'étais doublement honorée de saluer la mémoire de nos disparus et d'être sur mes terres natales même si je n'étais pas dans mon village à proprement parler. Mais d'un autre côté forcément tout me ramenait à Costia dans le sens ou je ne faisais que penser au fait que cette pourriture d'Azgeda à empêcher le retour de son corps  et de ce fait l'a privée des derniers hommages qui lui aurait permis d'avoir l'esprit totalement libéré.
Enfin, autant dire que j'étais partagée hier, partagée entre l'honneur que représente cette cérémonie pour moi en tant que commandant et entre le désespoir total qui m'habite depuis bientôt un an. Et pour couronner le tout, Alkaia était présente hier, forcément elle fait partie de mes Yazhu alors ça parait évident mais sa présence reste très difficile à gérer pour moi depuis... Depuis que je l'ai vue revenir seule, en sang accompagnée de son désarroi le plus total et du faucon de la femme que j'aime, à moitié mort. Quand je repense à cet instant je me rends compte que j'ai été soulagée qu'elle soit toujours en vie, mais toutes les mauvaises pensées sont venues après qu'elle m'ai tout raconté, c'est bête mais je n'ai pas pu m'empêcher de lui en vouloir, de la maudire presque tellement j'aurai aimé voir Costia revenir à ses côtés.
Qu'on soit bien d'accord, jamais je n'aurai souhaité la mort de mon amie, mais j'avais tellement foi en elle, que j'ai eu le sentiment de tomber du haut de la tour de Polis tellement le contre-coup s'est avéré violent.

Toujours est-il que les choses sont ainsi depuis des mois, à la différence que c'est moi que je maudis à présent, je m'en veux à mort de n'avoir pas su protéger Costia, de ne pas lui avoir tenu tête plus longtemps, tout comme je m'en veux a mort d'avoir mis une telle distance avec mon amie d'enfance, inconsciemment je crois car mon but n'est pas de la faire souffrir, je ne veux faire souffrir personne, je voudrais simplement être apaisée et c'est impossible je le crains...

Hier Alkaia osait à peine me regarder, je crois qu'elle est autant blasée que moi pour des raisons différentes, mais ça n'enlève rien à la finalité, entre elle et moi une cassure s'est opérée et je l'admets, si aucune communication ne s'installe c'est parce que je m'évertue à la fuir. Je ne la regarde quasiment pas ou bien de manière excessivement froide et détachée, je fais en sorte de ne pas mon trouver dans son champ de vision dès que cela est possible et je met un point d'honneur à ne pas lui adresser la parole. Alors inconsciemment ou non je n'en sais rien, il se pourrait bien finalement que je lui en veuille seulement ce qu'elle ignore c'est que je m'en veux doublement.

Je suis allongée sur mon lit et penser à tout ça me donne la migraine, je me lève pour rejoindre mon balcon et très vite je m'aperçois que le ciel est de même humeur que moi, maussade, grisonnant, terne. La pluie ne va pas tarder a tomber sur la capitale, et cette perspective me ravit car le bruit de la pluie m'aide à dormir, on va dire que c'est un somnifère naturel. Je m'en retourne à l'intérieur et j'attrape un verre que je bois d'un trait quand j'entend du bruit venant du couloir.

Je m'approche légèrement pour savoir ce qu'il se passe quand les portes de ma chambre s'ouvrent et m'offre une vue d'ensemble sur la dernière personne que je m'attendais à voir ici, sans armes, sans mission mais avec visiblement un certain besoin de s'exprimer. Je sentais bien qu'elle cherchait une certaine contenance dans son attitude et que les mots allaient fuser d'un instant à l'autre. Tout en lui jetant un regard qu'elle à l'habitude de recevoir venant de moi depuis tout ce temps, je reprends un verre, d'alcool cette fois, quelque chose de fort car je sens que ce qu'Alkaia s'apprête à me dire ne va pas forcément me plaire. Et au fond de moi tout en me servant ce verre, j'ai une certitude, je connais la raison de sa présence alors je me décide finalement à lui faire face sans trop y mettre du mien faut l'avouer.

Et voilà qu'elle me lance qu'il faut qu'on parle, que ça ne peut plus durer ! Je serre les dents, je bois, vite et bien puis je pose mon verre. Et alors que je cherche mes mots, que je cherche au fond de moi ce que je pourrai bien lui répondre, elle enchaîne :

]-« Il faut que tu arrêtes de m'en vouloir pour Costia. Je m'en veux déjà assez moi-même, et tu sais que j'aurais préféré mourir à sa place. »

Et ben ! C'est ce qui s'appelle mettre les pieds dans le plat ! Je sens qu'une boule se forme au niveau de ma gorge telle une météorite, je fulmine et même si j'essaie de me contenir, les mots qui sortent de ma bouche ne sont pas des plus tendres :

- Il faut qu'on parle ?? Tu sais à qui tu t'adresses ou bien faut-il que je te le rappelle ? *Je joue la carte Heda, c'est d'une extrême mauvaise foi je sais*

Je prend une grande inspiration avant d'entamer les cent pas dans la pièce afin de ne pas me manquer, même si je sais que je risque de déraper, dès que ça touche à Costia de toute façon je divague, pitoyable je suis. J'inspire et j'expire profondément plusieurs fois avant de reprendre la parole :

- Ecoute Alkaia, tu débarques comme ça et tu me dis qu'il faut que j'arrête de t'en vouloir ? Tu crois que je ne sais pas que tu t'en veux et que tu te serais sacrifiée pour que Costia ai la vie sauve ? Tu viens dans mes quartiers pour me dire des putains de trucs que je sais déjà ! Mais toi tu sais si moi je m'en veux ? Si je me sens coupable ? Tu sais rien de rien, et si je te parle pas c'est bien qu'il y a une raison et tu sais très bien que je déteste être prise au dépourvu !

Je la regarde froidement mais cette fois, mon regard est des plus francs, il n'est pas furtif, pas entre deux feux, il est saillant voire tranchant et j'espère qu'elle va vite le comprendre.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Alkaia


Messages : 335
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Gaia Weiss
Crédits : Avatar : Shiya
Signature : Vikings + Marissa Meyer & hedgekey (code sur Bazzart)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15/04/2482] Don't ignore me this time [Lexa] Hier à 21:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Don't ignore me this time
Lexa & Alkaia

« Pour cacher quelque chose, le meilleur endroit était souvent le plus visible.
En général, les gens ne voient pas ce qui leur crève les yeux. »


J'aurais du m'attendre à ce genre de regard. Ce n'est pas parce que je débarquais sans prévenir dans ses quartiers qu'elle allait mieux me regarder. Et ça me blesse une une nouvelle fois. J'ai presque envie de lever les yeux au ciel mais je ne le fais pas. Je me contiens, et ne bouge plus. Je la regarde se servir de cet alcool que j'ai déjà goûté. Oh, elle sent qu'elle va avoir besoin de courage pour parler avec moi ? Oui, il lui en faudra, et à moi aussi. Mais il était temps qu'on parle, je ne pouvais plus laisser cette situation s'envenimmer. Je ne savais pas trop ce qui se passerait à la fin de cette entrevue. Ça passerait ou ça casserait, en fait. Peut-être que je me ferais virer, ou peut-être que nous aurions apaisé les tensions qu'il y avait entre nous. Chacune de nous souffrions de la perte de Costia, à un degré différent, et ça nous avait détruit.

Quand je la vois me faire enfin face, elle semble blasée, et n'a pas du tout envie de me voir. Comme toujours. Je suis habituée maintenant, serrant les dents. Voilà qu'elle se met à presque s'énerver. Je la vois se contenir, je vois presque les flammes dans ses yeux. Oh, je l'énerve ? Elle ne cherche pas à être douce, non, ses mots claquent fort. Font mal. Voilà qu'elle joue a être Heda, devant moi. Enfin, jouer est un grand mot bien sûr, mais c'est ce qu'elle fait depuis ces derniers mois. Elle se protège derrière son titre d'Heda. Elle se protège de quoi ? De sa peine ? Sûrement. Mais j'aurais pu être là pour elle, si nous ne nous étions pas éloignées. Je croise les bras et hausse les sourcils. Elle veut le jouer comme ça ? Parce que j'étais prête à parler calmement, mais si elle commence comme ça ... Pourquoi ne veut-elle pas aller au bout des choses ? Finalement, je hausse les épaules.

« Pas besoin de me le rappeler. En fait, je m'adresse surtout à mon amie, Lexa. Laisse donc Heda de côté pour le moment, ce n'est pas elle que je veux. »

Oh, je sais ce que je risque. Elle va peut-être s'énerver encore plus ou se calmer. C'est l'un ou l'autre. Je ne partirais pas avant que tout soit réglé. Nos problèmes de communication, par exemple. Il fallait que nous arrangions cela, ça s'en ressentait dans l'équipe. Anya avait tenté de me faire cracher le morceau -et avait réussi. Je savais que Gustus s'inquiétait. Il nous avait toujours vue fourrées ensemble, il n'aimait pas notre distance. Lexa se met à faire les cent pas, visiblement énervée. Je l'ai vu tenter de se calmer. Je ne bougeais toujours pas de ma place, pas que j'aie peur, mais pour l'instant, il ne valait mieux pas que je bouge. Elle me dit qu'elle sait tout ça, qu'elle sait que je me serais sacrifiée, qu'elle sait que je m'en veux. Et me demande si je savais qu'elle s'en voulait également. Qu'il y avait une bonne raison pour qu'elle ne me parle pas. Ah oui, j'aimerais bien qu'elle me la donne. Je ferme les yeux quelques secondes. Je savais que cette discussion serait difficile.

« Je sais que tu t'en veux aussi, évidemment ! Je sais que tu te sens coupable, et j'aurais été là pour toi si tu ne m'avais éloignée par la suite. Alors, éclaire moi : pourquoi tu ne veux plus me parler ? » Je fais un pas en avant, les bras à nouveau le long du corps. « Je t'ai laissé du temps pour aller mieux, je pensais que tu en avais besoin. Tu n'avais pas besoin de moi à tes côtés à ce moment là, et je comprends. Mais aujourd'hui, ça n'est plus possible. La distance qu'on a mis entre nous se remarque. »

Lui murmurais-je. Je ne voulais pas hausser le ton. Je ne voulais pas m'énerver contre elle. C'était Heda, je lui devais un minimum de respect (ce que j'avais enfreins il y avait quelques minutes à peine) et ça ne servait à rien de s'énerver. Le ton monterait très vite, trop vite, entre nous et je ne voulais pas de ça. Ce n'était pas pour ça que j'étais venue. J'en venais presque à me demander si elle me voulait toujours comme Yazhu à ses côtés. Si ça lui fait tant de mal que ça que je sois là, peut-être que je devrais partir ? Faire autre chose. Être Yazhu, c'était ma vie, j'avais toujours rêvé d'être à cette position, pour rendre mes parents fiers, mais le bonheur de Lexa passerait toujours avant tout. Elle n'était plus seulement mon amie, mais aussi ma Heda. Si m'effacer de son paysage lui rendait heureuse ... Je ne devais pas penser comme ça. Je secouais la tête pour tenter de rester connectée à la réalité. Il ne fallait pas que je loupe une minute. Tout pourrait partir si vite !

Je passe une main dans mes cheveux tout en l'observant. Je suis triste. Son regard est si froid, tellement épris de colère ... Je réalise que mon amie d'enfance est si loin de moi pour l'instant, hors de portée. Je ne savais pas ce que je devais faire pour la retrouver. Mais est-ce que je la retrouverais ? C'est une autre question.

« Tu me manque. »

Dis-je simplement en la regardant dans les yeux. Mon amie d'enfance me manquait. C'était difficile d'être tenue éloignée, sans pouvoir rien lui confier. Nous avions passé tellement de temps ensemble que ça me faisait bizarre ces quelques mois sans elle. Oh, quand elle était partie pour Polis, c'était encore plus long, mais là c'était pour une bonne raison. Aujourd'hui, je ne sais plus. Je regarde dehors, la nuit commence doucement à s'installer, il ne fait pas encore trop frais.

« Ça ne sera sans doute plus jamais pareil, mais j'aimerais qu'il n'y ait plus autant de distance entre nous. Et ne me dis pas que ça été facile pour toi, parce que je ne te croirais pas. »

Ce n'était pas un affront, je savais juste que c'était la réalité. Pourquoi nous mettions de la distance entre nous alors que ça ne faisait mal à toutes les deux ? En sachant que nous nous en voulions toutes les deux, que nous nous sentions coupable. Je n'avais plus d'autres idées pour l'instant. Tout ce que j'espérais, c'est qu'elle ne me jette pas dehors. Elle serait bien clémente de m'accorder cette soirée.

 
Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [15/04/2482] Don't ignore me this time [Lexa]

Revenir en haut Aller en bas

[15/04/2482] Don't ignore me this time [Lexa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Polis-