AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de passer par le recensement ! Wink
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes :Moskiums, Hémérians et Arkers ! Essayez de les privilégier pour les premiers évents à venir Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker !
Ouverture de la ChatBox tous les samedis, dès 18h (heure française Smile ) !
Suite aux premiers évents (qui sont toujours ouverts), les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera par la suite, patience (leur évent durera plus longtemps) Wink

Partagez|

[05/04/2482] Première leçon - Ft Varian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Orion


Messages : 628
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Sam 1 Juil - 2:19

Code RP:
 
Une fois rentré chez lui, Orion savait qu’il avait un certain nombre de choses à faire. D’abord, vérifier ses stocks, rendre visite à ses malades afin d’être certain qu’aucun n’était mort en son absence – non pas qu’il s’inquiétait, son fils était pleinement compétent, mais une mauvaise réputation pour un fisa était tout simplement l’arrêt de mort de sa carrière. Puis, il avait aussi autre chose à faire. Une chose importante, qui allait lui rapporter de quoi mettre de l’huile à graisser sur son épée : un esclave à former. Une famille de Missi semblait avoir à son service un camelotien pas si mauvais que ça dans l’art de la guérison. Et il était grassement remercié pour sa générosité de l’accueillir pour faire de lui un bon fisa d’appoint. Tsk… Un esclave fisa. Il allait surtout lui apprendre le strict minimum, faire en sorte qu’il sache se débrouiller face à un blessé pas trop grave. Après tout ils avaient un fisa à Missi, ils avaient juste besoin d’un larbin pour les grippes et autres désagréments du quotidien…

Mais il n’était pas ravi à l’idée de devoir en dire trop au p’tit machin qui bouffait les restes de la veille. Il le regardait d’un air tout à fait méprisant. Il était de la même engeance que Véronica, il lui ressemblait même d’une certaine façon, avec cet air misérable, et l’histoire qu’il trainait derrière lui. Tient, d’ailleurs, il y pensait… Il était arrivé hier soir, tandis qu’Orion posait à peine le pied dans sa maison. Il n’avait pas eu le temps de lui exposer les règles de la maison. Alors il allait s’y mettre maintenant.

Allant dans le dos de Varian, il donna un coup de pied dans les côtes afin de gentiment attirer son attention – des fois qu’il aurait manqué un autre genre d’appel. Le laissant ensuite se redresser pour se tourner vers son nouveau maître, Orion sortit un carnet de croquis qui lui appartenait. Il y avait dedans les dessins des principales plantes pour soigner les maladies simples. Il l’avait préparé pour son fils quand il était en âge d’apprendre, et maintenant il ne lui servait plus. Car son fils avait une mémoire extraordinaire et un talent qu’il était passé à un niveau supérieur depuis bien longtemps. Il ne s’attendait pas à autant du machin qui tournait enfin la tête vers lui. Et il lui parla en Trigedasleng, se moquant bien de savoir si la brindille en face de lui allait le comprendre.

« Première règle. Si tu ne sers à rien, si je ne t’appelle pas, tu restes ici. C’est ton coin. Deuxième règle. Tu vois cette femme-là, dans l’autre coin ? Tu ne t’approches pas d’elle. Tu ne lui parles pas, tu ne la regardes même pas. Troisième règle. Tu n’es pas chez toi. Tu ne touches à rien, à part ce qui est dans ton coin et ce que je te donne ou demande de prendre. Si tu as compris, voici ton premier devoir. Tu regardes ces images, et tu les regardes vite. Les réserves sont vite, je t’emmène en forêt refaire les stocks. »

Orion lança presque le carnet à la figure de l’esclave, à peine eut-il la moindre preuve qu’il avait compris. Puis il se lança dans la recherche des bocaux vides qu’il embarqua dans un sac à dos, le temps pour que l’autre puisse au moins voir ce qui l’attendait. Et une fois ce sac rempli il le posa aux pieds de sa victime du jour, pour lui dire :

« Allez, au boulot. J’espère que t’as les reins solides, tu verras bien ce qu’est de partir à la recherche de ces plantes là. Première phase : chercher, trouver, reconnaître, cueillir, conserver. »


Et sans attendre, Orion commença sa route, sortant de sa maison, son propre sac accroché à ses épaules, prêt à marcher vers la forêt, avec la vitesse que ses grandes jambes lui permettaient d’avoir, avec ses grandes foulées. A Varian de le suivre.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Varian Standall
Membre à l'honneur


Messages : 125
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : ΛLDEBΛRΛN (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Lun 10 Juil - 11:27

La famille d'Aya lui avait trouvé plusieurs utilité. D'abord le père ; il avait trouvé que sa grande taille lui serait tuile pour l'aider à bâtir diverses choses dans sa maison, aménagé les extérieurs de leur bâtisse. La mère avait aussi rapidement vu qu'il avait quelques connaissance médicales. Pas celle de leur peuple, celle du siens mais, comme Varian avait essayé de leur faire comprendre dès les premiers jours, cela pouvait être très utile de pratiquer deux sortes de médecines. Ainsi les risques de blessures graves ou autre se réduisait instantanément. Et c'est alors que le père avait décidé de le former. Pas lui même, non non, mais en le confiant à une autre famille dans laquelle vivait un homme avec de l'expérience. Et ce fut comme ça qu'il se retrouva en face d'Orion.

Orion était un homme de grande carrure, une barbe sur le visage et un air que Varian jugea immédiatement de sévère. Il le lui avait bien fait comprendre ici il serait traité comme de la merde. Au fond, cela ne changeait pas beaucoup de la famille qui l'avait acheté. Il lui flanqua un coup de pied dans les côtes et surpris, Varian serra les poings pour s'empêcher de hurler. Les gens ici n'avaient aucune manière, aucune. Il se frappait pour communiquer ou c'était quoi le deal ? Mais en quelques jours il avait rapidement appris qu'il valait mieux obtempérer plutôt que de se la jouer rebelle. Quelque chose qui n'aurait pas plu à Harley, mais alors pas du tout. Heureusement pour lui, il vivait encore dans la station spatiale. Il lui débita des mots en sa langue natale à toute allure (et il remercia du fond du cœur Aya d'avoir commencé à lui en apprendre les bases), en lui tendant un petit carnet de croquis.

« J'ai compris... » marmonna t-il dans un semblant de cette langue qui sonnait si mal dans sa bouche.

Compris, compris, c'était vite dit, mais il avait capté qu'il n'était qu'une merde qui n'avait pas sa place ici et qu'il allait devoir mettre en avant tous ses dons pour l'apprentissage rapide sous peine de finir très, très mal. Il avait de la chance, Varian était bon élève. Il en avait moins, Varian était actuellement dans sa phase je n'ai plus de médicament à me mettre sous la main donc je vais pas super bien. Mais tant pis. Il allait faire mien une tout roulais pour le mieux. Il n'osa donc même pas tourner la tête pour voir de quel femme il parlait (il avait capté le mot femme, mais pas vraiment ceux qui suivait), il n'avait pas envie de finir la tête détaché du corps à cause d'un mauvais regard. Il se lança à sa poursuite, prêt à en découdre. Cela devait faire tout drôle de voir un homme comme Orion, musclé et bien du pays flanqué d'un type aussi grand que lui mais dont les habits, les gestes et la tête laissaient carrément à penser qu'il venait du ciel. Il faisait froid, terriblement froid. Si sur la station les climatiseurs étaient parfois en panne et rendait l'atmosphère pesante, ici c'était pire. Les températures comme ça, il n'y était pas encore habitué.

« 'Fait toujours ce temps là ? » demanda t-il, toujours en tentant de mette en application la langue qu'il apprenait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion


Messages : 628
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Jeu 13 Juil - 10:24

Orion et les camelotiens, c'était une étrange histoire qui n'avait de cesse de se mettre à jour. Il les appréciait, les haïssait, parfois même était-il indifférent... Cela dépendait d'un certain nombre de choses. Prenons l'exemple le plus parlant : l'homme qui l'avait enlevé dans le but d'en faire un pâté de viande pour cannibale, c'était un camelotien. Mettez-le devant Orion, pas dit qu'il en reste de quoi faire une omelette. Ni même de quoi songer à en faire une... Par contre, le sort d'une camelotienne bien précise avait rendu Orion fou de rage, et ce pour tout un tas de raison... Il s'agissait de Miranda, celle que Roan avait aimée, une taliesin qui avait offert au prince d'Azgedakru une fille, une merveilleuse petite fille. La Reine Nia l'avait exécutée, de la façon qu'on exécutait ceux qui causaient du tort à l'élite d'Azgedakru. Qu'est-ce que cela signifiait ? La Reine Nia avait simplement pris le premier prétexte venu, celui qui faisait voir la camelotienne comme une espionne, et Roan comme un faible qui se faisait avoir. Et Orion ne pouvait pas accepter qu'on dise de son meilleur ami qu'il était un faible et que cette amie était une espionne. Ce n'étaient que des mensonges, des entorses au sens de l'honneur. Quant à son esclave, Véro, c'était... Plus nuancé. Elle avait ce côté qui lui rappelait physiquement ce kidnappeur, comme si c'était son père, une sorte de ressemblance assez frappante. Mais d'un autre côté... Les années étaient passées, et c'était comme si la colère, la haine laissaient parfois transparaître... Autre chose.

Mais sinon, de base, Orion était un raciste des camelotiens, de ces descendants de ceux qui avaient abandonné la Terre pour aller se cacher dans l'espace. Et ce garçon, Varian Standall, avait encore cette apparence marquée par les sky people, ces manières d'être, de se tenir, de se coiffer, qui ressemblaient bien trop à ces êtres du ciel. Il en portait d'ailleurs même un nom de famille, ces prénoms supplémentaires qu'Orion exécrait. C'était comme une façon de se marquer au fer, comme on marquerait une vache. Comme si on appartenait à quelqu'un et non pas à soi-même... Orion aurait été outragé de devoir porter le nom de famille de son père. Une sorte d'ajout hideux à ce prénom qui lui suffisait. Pour lui, nommer quelqu'un par son nom de famille était comme lui dire qu'il n'était que du bétail, une insulte suprême.

Et ce Standall était pour lui du bétail, un boeuf qui savait parler, visiblement. Etait-il réellement en train de parler de la météo ? Orion ne prit même pas la peine de répondre, même s'il devait dire qu'il était surpris d'entendre la véritable langue de la Terre dans la bouche de ce faible. Mais au moins, il saura qu'il ne parlera pas pour rien : l'esclave le comprendra. Il jeta un regard au jeune homme, tentant d'y voir ne serait-ce qu'une once d'intelligence dans ce visage résigné. Tsk... Faible. S'il devait reconnaitre une chose à Véro, c'était qu'elle n'avait jamais cessé d'avoir cet esprit de rébellion, de se battre pour sa vie et son honneur - le peu qu'elle avait du moins. C'était probablement la seule raison qui faisait qu'il n'utilisait pas toujours son nom de famille pour l'évoquer ou l'appeler. Une sorte de... Respect.

Tandis qu'ils arrivaient enfin au niveau des premiers arbres pour ramasser les premières plantes, Orion s'installa sous un arbre, puis se mit à l'aise, les bras croisés avec son arme devant lui - on ne savait jamais.

"Standall, tu as ici de quoi trouver quelques unes des plantes qui sont dans le carnet. Cherche, trouve, met dans les bocaux. Ce sera le premier exercice du jour. Fait gaffe, y'a des araignées qui piquent et qui font halluciner. T'en mourras pas mais j'gaspillerai pas de mon temps pour ton cas."

Ces araignées se cachaient dans les herbes, les plantes, et se réveillaient surtout lorsque des mains mal avisées s'y aventuraient. Il y avait plusieurs façons pour s'en prémunir. La plus simple serait de trouver les gants de cuir qui sont tout au fond du sac, à la taille des mains d'Orion : un peu grand, ça rendrait la découpe mal aisée, mais au moins, pas de risque qu'il soit piqué. Encore faut-il qu'il trouve ces gants, bien planqués. Après, il faudra qu'il y aille franco, les mains dans la pâte, un peu à l'aveugle... En espérant qu'il se foire pas trop. Orion riait déjà d'avance, il allait bien s'amuser.

Message HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Varian Standall
Membre à l'honneur


Messages : 125
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : ΛLDEBΛRΛN (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Jeu 20 Juil - 12:45

Spoiler:
 

Et voilà, l'homme venait de lui balancer cash sa première mission du jour et Varian se retint de lâcher un  soupir. Des mots qu'il avait compris il y avait un ensemble avec  « recherche » et « bocaux » et puis, peu de temps après, « araignée » et « hallucination ». Ou quelque chose comme ça. Bon. Des araignées il n'en avait jamais vu avant d'arriver sur terre. Cela pouvait paraître bête mais ce n'était pas le genre d'insecte qui avait réussis à s'établir sur l'Arche. Ou alors il n'y avait jamais fait attention. Mais en clair, il savait à quoi cela ressemblait mais ne connaissait rien à l'insecte en question. Un bon potin pour lui, il n'avait donc pas vraiment peur de ça. Il acquiesça, faisant comprendre à l'homme qu'il avait compris ses consignes. N'y avait-il pas des sortes de gant ou quelque chose comme ça ? Il tenta d'en trouver, en vain et soupira pour de bon cette fois-ci. Il irait sans gant, au culot comme ils disaient parfois sur l'Arche.

« C'pas vrai... » grommela t-il tout bas pour ne pas que le dingue l'entende.

Oui oui, le dingue c'était l’autre gars baraqué. Il lui manquait une case, sérieux, comme à tous les gens de cette maudite planète bleue. Pour vivre comme au temps du moyen âge. Et encore. Il était bien gentil. Il farfouilla donc quelques minutes dans les buissons. Il y allait à l'aveugle, il avait mémorisé quelques plantes à la va vite et espérait très honnêtement tomber dessus. Il se sentait idiot, ainsi accroupis à fouiller dans les buissons. Mais il n'avait pas le choix. C'était ou ça ou l'autre allait grogner, râler, sans doute l’insulter et lui donner des coups. Il ne sut pas exactement combien de temps il mit pour dénicher sa première plante (qu'il arrache de travers au passage) mais il sentit une bouffée de fierté l'envahir.

« Tadaaaam. » Il se releva et se dirigea vers un bocal. « En voilà une. » fit-il sur un ton tout aussi morne.

Et alors qu'il la mit dans son bocal, il la vit. Cette chose poilues sur sa main, cette chose qui n'avait pas l'air très très sympa. Oh, elle ne ressemblait en rien aux araignées qu'il avait pu voir dans les livres imagés pour les enfants. Celle ci était hors compétition.

« Put...ain... »

Son premier réflexe fut d'agiter la main et de la claquer, tout bêtement. Mais elle fut plus rapide. Oh, il devait prendre son pied l'autre géant à le regarda se débattre avec son insecte. Dès qu'il la fit tomber au sol il l'écrasa sous sa semelle, bouillant de colère.

« Fais chier ! » cracha t-il en anglais. « Mais quelle pute. »

Elle l'avait eu. Il avait dit quoi son sois disant maître guérisseur à propos de ces insecte vicieux ? Des hallucination ? Il se tourna vers lui, un air à moitié agacé, terrorisé et agacé sur le visage puis ses ses se baissèrent vers la main qui avait fait les frais de la colère de l'araignée. Bon. Elle ne l'avait pas raté.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion


Messages : 628
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Lun 24 Juil - 12:58

Observer une personne apprendre le métier de fisa sur le tas était une véritable passion pour Orion, qui se plaisait à donner pour premières épreuves des tests de débrouillardise. Est-ce qu’ils allaient réfléchir par eux-même pour trouver comment attraper une telle plante sans prendre le risque de tomber malade. Il se souvenait tout de même avec une grimace du jour où son propre père lui avait fait ça. Il avait cherché partout pour des gants, et n’osant pas réellement en réclamer, il s’était jeté les mains les premières dans tout et n’importe quoi. Parfois il avait eu une chance affolante qui lui avait permis d’éviter le pire, mais la piqûre de cette araignée, il la connaissait par cœur.

Il se souvenait de l’impression que la nuit était tombée d’un coup, et que les prédateurs affluaient dans tous les sens. A un moment, il avait même cru qu’il allait en mourir. Puis la seconde fois qu’il avait été piqué, il avait vu des femmes nues partout. Son père avait bien ri, d’ailleurs… Mais cela prouvait à quel point cela pouvait être particulièrement réaliste et, pour un observateur extérieur, amusant.

Alors, il avait souri de toutes ses dents quand l’esclave avait fait son bruit vraiment bizarre – « tadam » ? Etait-ce du gonasleng ? Il ne connaissait pas ce mot et n’allait certainement pas le souligner. Il n’était pas mauvais dans cette langue, il n’avait simplement pas souvent l’occasion de la pratiquer. Enfin, avec cette Eliza Johnson qu’il avait re-croisée dernièrement dans la forêt, il avait pu parler, comme il pouvait, avec ses petites erreurs que personne, heureusement, n’avait soulignées. Dans tous les cas, voir l’araignée sur sa main était comme une délicieuse friandise, une image qui le fit rire.

« Première leçon : les gants sont les meilleurs amis du fisa. »


Il fouilla dans le sac, sachant parfaitement où chercher, et lui lança les gants. Puis avec un sourire satisfait, il attrapa la fleur, qui était justement un anti-venin pour cette araignée, bien trop courante dans ces forêts. Il arracha les pétales jaune vif, les jeta à terre, ils n’avaient strictement aucun intérêt. Puis il montra à Standall la tige ainsi que le bouton, parlant en trigedasleng.

« Deuxième leçon : cette plante est très utile contre la plupart des venins. Il faut l’avaler, mais tu n’auras pas celle-là. Tu es doué, ou chanceux, tu as pu en trouver une parfaitement mûre, je la garde pour ma… réserve. A toi d’en trouver une autre ! »

Il rangea alors la tige dans un bocal, exactement comme il l’avait dit, puis s’installa contre un arbre, attendant avec une très grande impatience de voir si le Standall aurait une hallucination sévère, ou s’il trouverait une plante encore, une bonne qui aura le bon effet pour lui arrêter quasiment net les symptômes – oh, trois fois rien, il aura juste l’impression de voir des images rémanentes. Quelque chose comme des personnes passant très vite devant les yeux, ou bien un sanglier dans la vision périphérique, des choses qui faisaient sursauter mais pas plus. Une petite dose de paranoïa ne faisait de mal à personne, n’est-ce pas ?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Varian Standall
Membre à l'honneur


Messages : 125
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : ΛLDEBΛRΛN (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Jeu 27 Juil - 11:33

Spoiler:
 

Il avait envie de l'envoyer chier, de lui balancer toutes les insultes en anglais qu'il avait sous la mains mais aucun son ne sortait. Par peur de se faire fracasser d'abord et parce qu'il avait une piqûre assez vilaine sur la main et qu'il se sentait mal. Très, très mal. C'était la première fois qu'il se faisait piquer par un insecte depuis qu'il respirait l'air de cette planète maudite. Il regarda l'homme fouiller dans son sac et en sortir la précieuse paire de gant, et fronça les sourcils. Oh le connard... Il... Putain il va toute me les faire ce con... ragea t-il intérieurement. Il le regarda arracher les pétales de la précieuse fleur jaune et mettre le reste de la plante dans un bocal, après lui avoir annoncé qu'il allait devoir se démerder pour en trouver une autre. Ou quelque chose dans ce goût là. En clair, c'était son antidote, et elle venait de lui passer sous les yeux. Doué, non, pas encore, mais chanceux, sûrement. Quoi que, sa chance avait vite tourné au vue de l'attitude du grounder.

Trouver une autre plante. Et rapidement. Il enfila les précieux gants (une fois, pas deux) qui étaient bien trop grand pour ses doigts fins et se jeta sur le premier buissons qui lui passait sous la main. Il se sentait fiévreux, sans doute l'effet de cette piqûres. Il se souvenait que le guérisseur avait fait mention d'hallucination. Il espérait trouver la plante avant qu'elles ne se déclenchent, parce qu'il n'avait aucune idée de combien de temps elles mettraient à se faire sentir.

Varian ?

La voix de sa mère venait de résonner dans la forêt. C'est dans ta tête, uniquement dans sa tête. Le garçon se fit violence, poursuivant sa quête de la fleur magique, la tête baissé, les yeux quasiment révulsés. Bon sang, sa tête allait exploser.

Varian ?

Bordel.

Varian ?

Il venait de la voir. Juste là, passer en courant, riait son prénom, tenant son beau-père par la main. Qu'est-ce qu'elle foutait ici, sur terre ? Sa mère était sur l'Arche, pas ailleurs. Elle tait là-haut, en sécurité, dans l'espace. C'est dans ta tête, c'est dans ta tête, se répéta t-il en boucle. Kimi passa elle aussi, suivis de l'homme qui avait procédé à son arrestation. Les fantômes du passé. La. Une plante jaune. Il en perdit pas son temps à lui enlever ses pétales ou quoi, et la mangea d'une traite. Bon sang, tu bouffe des fleurs. On auras tout vu. Les voix continuait, les images défilaient sous ses yeux et il avait cette désagréable sensation d'être suivis, épié de loin. Au fond, ce n'était qu'Orion, mais pour lui, c'était bien plus. Un danger imminent. Il s'était éloigné du maître guérisseur pour chercher plus loin, poursuivis par ces voix qui refusaient de se taire. Et soudain elle surgis juste sous ces yeux. C'était quelque chose de grand, gros, poilus avec des crocs à faire peur. Au fond il le savait, il ne faisait que rêver. Mais sur le coup son corps décida de réagir tout autrement en tremblant, se plantant les ongles dans les bras pour éviter de hurler. Mais elle était là. Une bête immonde, qu'il n'avait jamais vu. Et Varian hurla.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion


Messages : 628
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Ven 11 Aoû - 9:50

Orion était proprement mort de rire à le voir effrayé ainsi. Il devait entendre ces voix, et pas de voix de harem, à en voir sa tête. Fouiller dans ce buisson était un excellent exercice pour tester sa résistance à la panique, s’il saurait gérer des moments d’urgence. Car les urgences étaient monnaie courante, dans le secteur d’activité des fisa… Orion était donc d’une grandeur d’âme presque vénérable que d’apprendre tout ça à Varian Standall. Et puis, il s’éclatait totalement, il devait l’avouer. Combien n’avaient pas tenu le choc seulement après cette épreuve-là ? Il en venait presque à espérer que cette fois-ci, il aurait un bon élément. Au minimum. De quoi se servir de lui quelques jours. Sans trop le casser évidemment, car rembourser la famille de propriétaire de l’esclave n’était clairement pas dans ses options raisonnables.

Il avait donc trouvé une fleur, mais ça se voyait à sa couleur terne qu’elle était fatiguée. Elle n’allait donc pas fonctionner exactement comme la précédente, qu’Orion avait gardée pour lui. Et forcément… Cela ne fonctionna pas. Orion observa Varian tourner en rond comme un fauve en cage, puis tout d’un coup s’éloigner. Alors, tranquillement, Orion se releva, s’attendant à devoir le courser. Que faisait-il ? Il fuyait ce con ? Certainement pas, encore une fois, il allait pas dépenser le « peu » qu’il avait parce qu’un crétin d’esclave s’était enfui ou s’était fait tuer. Ouais, Orion était foutrement radin.

En le suivant, Orion sentit que quelque chose n’allait pas, qu’il allait y avoir une sacrée couille. Comment il le sentit ? Par le nez, tout simplement. Il sentait cette odeur rance d’animal poilu, qui n’était pas très difficile à reconnaître, en réalité. C’était un putain d’ours. Un ours pas franchement ravi qu’un crétin profond ne bouge pas de devant lui, claquant des dents, certainement persuadé d’avoir une hallucination en face de lui.

Grosse nouvelle, crétin : ce n’était pas une hallucination ! C’était un véritable ours, qui allait le déchiqueter s’il ne foutait pas le camp ! Ou s’il se mettait à hurler !



Est-ce que cet esclave était idiot ? Car s’il était idiot, ce n’était même pas la peine de ne serait-ce que songer à le former comme fisa, car soit il allait crever ici, devant cet ours, soit il allait crever plus tard, des propres mains d’Orion. Qui allait forcément survivre. On parlait du gamin qui, à une dizaine d’année, avait défoncé la gueule à un alligator blanc. Ce qui avait d’ailleurs scellé la plus grande amitié qu’il n’avait jamais eue.

Mais là, il avait une urgence, nommée “un crétin d’esclave venait de faire une crétinerie et Orion était un crétin qui allait devoir le sortir de son royaume des crétins”, bordel de merde. Orion sortit son épée de son fourreau, pour ensuite se jeter sur Varian, tandis que l’ours se jetait sur sa proie, étrangement plus rapide que ce qu’il croyait. Le natif ne réfléchit pas plus, après s’être écroulé sur le jeune homme, il se releva, tira sur le bras de Varian, et commença à courir. Ils n’avaient que deux possibilités en réalité : soit trouver de l’eau et traverser, de façon à ce que l’ours soit intimidé, soit trouver un arbre, grimper et espérer que l’animal trouve une autre proie. Orion, quant à lui, en avait une troisième. Lâcher Varian et se servir de lui pour ralentir l’ours.

Et là, il n’aura aucun scrupule à rembourser la famille, puisque ce digne et vénérable Varian aura sauvé sa vie. Orion ne donnait pas de prix à sa propre vie.

“Maintenant, tu cours, ou tu crèves. Décide.”
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Varian Standall
Membre à l'honneur


Messages : 125
Date d'inscription : 30/05/2017
Ft : Bill Skarsgard
Crédits : ΛLDEBΛRΛN (avatar) bat'phanie (signature)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Mar 22 Aoû - 18:04

Orion s'écrasa de tout son poids sur sa personne, lui arrachant un nouveau hurlement, puis un gémissement de douleur. Venait-il de lui sauver la vie ? La chose était donc bien réelle ? Puisqu'il semblait la craindre tout autant que lui, le jeune homme en déduit donc que oui. Orion s'était redressé rapidement avant de lui tirer sur le bras pour le mettre à nouveau sur ses jambes. Il lui hurla dessus, quelque chose comme « t'es con, magne toi debilos ou on va tous mourir » (c'était sa version bien à lui) et Varian n'hésita pas trente ans. Courir ou mourir, la règle du nouveau jeu entre eux et la bête était assez simple et rapide à comprendre.

Ils se mirent alors à courir, et ne pas perdre l'équilibre durant leur folle course poursuite releva du défi pour Varian. Pourquoi ? Parce que la connerie que lui avait fait ingéré presque intentionnellement Orion faisait toujours effet sur son organisme et que son corps tremblait comme jamais en plus de ces petites hallucinations notoires, par ci, par là. Ses pieds heurtèrent une roche, il trébucha, se retrouva la tête sous l'eau. Complètement sonné il puisa dans ses dernières réserves pour se relever et ne pas y laisser la peau. Courir. Traverser la rivière. Il espérait avoir pied. Oh oui. Parce qu'il n'avait encore jamais appris à nager, ce n'était pas quelque chose que l'on faisait tous les jours sur l'arche. Mais il le fallait. Ils se devaient de semer la bête pour ne pas finir en repas pour cet chose. Ses yeux ne l'aidait pas, son cerveau non plus, lui renvoyant des images de plus en plus insensé qui avaient le don de se déstabilisé. Et ces voix, qui rigolaient autour de lui. Encore le fruit de son imagination. La patte de l'ours (et ses monstrueuses griffes) passèrent à quelques centimètres de son dos mais celui lui suffis pour lui donner un dernière coup de boost. La bête commença à faire quelques pas dans l'eau avant de se résigner, et de chercher des yeux une autre solution pour chopper les deux délicieux mortels qu'ils étaient.

« O-Orion... »

Sa voix, ses mains, son corps tout entier tremblait alors qu'il commençait à s’aventure dans l'eau. Bon sang. Rien ne se passait comme prévu. Il était censé apprendre des bases de leur médecine, pas mourir aujourd'hui, encore plus loin de sa nouvelle famille !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Orion


Messages : 628
Date d'inscription : 31/03/2017
Ft : Michael Fassbender
Crédits : Me, Myself and I

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian Sam 16 Sep - 18:06

On s’en fichait bien que Varian pousse un cri sous le poids d’Orion. En tout cas, le grounder en avait rien à battre, il fallait simplement qu’il soit en vie, et si possible pas trop estropié. Lui-même n’aurait pas apprécié qu’on lui rende Veronica dans un état lamentable… Déjà qu’il n’allait certainement pas la prêter. Mais bref ! Pas le temps de se perdre en considération, il avait un ours à ses trousses, il fallait qu’il trouve un moyen de s’en débarasser et vite.

En espérant que la plante ne fasse pas trop effet sur Varian, de façon à ce qu’ils s’en sortent sans mal.

Ils trouvèrent une rivière à traverser, et Orion partit sans se poser de questions vers l’autre côté. Mais il fut alerté par un “plouf”. Un “plouf” ? Est-ce que Varian n’avait pas sérieusement fait cette connerie, qui consistait à se ramasser la gueule pour finir la tête dans l’eau ? … Si. Et en plus il l’appelait ! Il était quoi, son maître nageur ? Sans déconner, c’était vraiment un boulet.


Il l’attrapa par le collet, chose pas terriblement aisée. Orion avait de l’eau jusqu’aux aisselles à présent, parce que monsieur s’était laissé guider par le courant vers un endroit plus profond. Maintenant, il allait devoir se battre pour sortir de cette eau vraiment rapidement, car si les bestioles sur terre étaient sale, dans l’eau, elles s’avéraient fourbes. Certaines attendaient que leur proie soient trop fatiguées pour se débattres, tandis que d’autres… Hé bien, elles n’avaient peur de rien. Elles se jetaient sur des sacrés morceaux, et Orion ne tenait pas à être leur repas du jour.

Au bout de plusieurs minutes et muscles mobilisés, ils parvinrent à la rive opposée à l’ours, qui tournait en rond afin de trouver un passage pour lui. Orion vérifia, mais rien, à vu d’oeil, ne le lui permettrait. Et il ne traverserait pas de lui même, bien trop de son espèce avait fini engloutie… Ils étaient saufs pour l’instant. Alors, tandis que Varian finit étalé de tout son long à terre… Orion fit de même, à vrai dire. Le courant pouvait être compliqué à combattre quand on était seul, mais alors avec un poids mort, c’était une véritable épreuve. Il avait besoin d’un peu de temps pour reprendre son souffle.

“Troisième leçon : là où tu trouveras de quoi guérir, tu trouveras aussi de quoi mourir. Tu comprends ça ?”


Orion avait parlé en Trigedasleng. Pas certain que l’autre comprenne… Alors, il réfléchit deux minutes, fouillant dans sa mémoire pour trouver les restes de gonasleng qui dataient de l’époque de son dwensa. Il s’en était servi déjà quelques jours plus tôt pour la camelotienne, il parviendra bien à s’en reservir aujourd’hui :

“Troisième leçon : tu trouveras de quoi guérir là où tu trouveras la mort aussi.”


Il avait cet accent qu’il détestait entendre quand il parlait le gonasleng, mais au moins, il était certain d’être compris par Varian. C’était le plus important, là, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [05/04/2482] Première leçon - Ft Varian

Revenir en haut Aller en bas

[05/04/2482] Première leçon - Ft Varian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Frontières de Trikru :: Azgedakru (Ice Nation, La Nation des Glaces)-