AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de passer par le recensement ! Wink
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes :Moskiums, Hémérians et Arkers ! Essayez de les privilégier pour les premiers évents à venir Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker !
Ouverture de la ChatBox tous les samedis, dès 18h (heure française Smile ) !
Suite aux premiers évents (qui sont toujours ouverts), les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera par la suite, patience (leur évent durera plus longtemps) Wink

Partagez|

[01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Lishi
Modo


Messages : 202
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Sam 8 Juil - 15:08

Spoiler:
 

Pour une bouteille de plus
Lishi et Emori

Tu vois la pluie qui s’écoule dehors, comme une sorte de démonstration de ton état intérieur. Plus tôt dans la journée, tu as été regarder dans ton coffre secret, celui que tu caches aux regardes autres, où se trouvent tes reliques, tes souvenirs du passé, ainsi que les bouteilles que tu dissimules, ces bouteilles emplies de ce liquide qui te noies. Tu t’es rendue compte que tu n’en avais presque plus… Et tu venais à en espérer la venue la plus rapide possible d’Emori, qui venait régulièrement te ravitailler. Il était temps qu’elle vienne, n’est-ce pas ? Tu sais qu’elle est supposée passer sous peu, aujourd’hui, demain, après-demain. Tu sais que c’est hasardeux, et c’est le fait de ne pas être certaine d’avoir ton rab qui te donne envie de boire encore plus. Tu es tellement pathétique…

Après avoir passé ta journée à courir partout, car la gestion d’un clan, c’est beaucoup de travail, notamment avec cet énorme incendie accidentel qui a mis le feu à un stock de nourriture. Il t’avait fallu beaucoup de force morale pour rester calme face à tes sujets qui se criaient dessus, réclamant réparation pour un préjudice certes existant, mais qui n’avait nul coupable. Tu es certes parvenue à tous les mettre sur un pied d’égalité, en redistribuant un peu de nourriture le temps qu’ils refassent pousser les champs, mais ce fut éprouvant, tu es crevée.

Alors tu es là, sur ce tas de petits coussins, allongée, avec une bouteille au bout du bras. C’est ta dernière, tu n’es pas encore torchée, mais tu essayes de te retenir. Et si Emori ne passait pas cette porte, là, cette entrée dérobée par l’arrière de ta maison, que personne ne voit, surtout pas la nuit ? Tu avais fabriqué ce passage toi-même, ton ancien métier de forgeronne t’a bien servi à ce moment là. Tu ne voulais pas que tout le clan sache pour ton addiction, que deviendrait un Maire dont on connait la pire des faiblesses ? Non, tu as dissimulé ce passage, et Emori sait qu’il est mieux de passer quand le soleil est couché.

Tu guettes donc cette porte, un peu comme un enfant guetterait son parent. Certes, tu n’as plus les tiens, depuis des années, tu as ta sœur jumelle, fourrée on ne savait trop où… Mais tu étais là, à l’attendre, fidèlement… Après tout elle te tenait par les ovaires, elle avait un pouvoir sur toi que tu ne voudrais jamais avouer. A un tel point que tu crois presque entendre cette porte s’ouvrir… Tu tournes le regard quand même pour t’en assurer.

Et tu te redressas d’un coup : elle était là ! Par les Dieux, jamais Emori ne t’avait parue aussi géniale, aussi belle, aussi… Brillante. Elle était là ! Assise à terre avec tes coussins l’entourant, tu lui faisais un sourire absolument radieux.

« Emori, te voilà ! Je ne t’attendais même plus ce soir. Je pensais que tu arriverais plus tard ! »

Non pas qu’Emori tombe au mauvais moment, n’est-ce pas ? Non, tu es bien trop heureuse, et puis de toute façon, elle ne pouvait pas mieux arriver. Tu te lèves alors, tu te ne titubes pas, heureusement, et tu vas chercher du tissu, pour l’aider à s’essuyer. Tu deviens l’hôte modèle, celle que tu étais la journée quand tu parvenais à t’empêcher de boire pour garder bonne figure face au reste du monde. Celle que tu aimerais vraiment être, quand tu es lucide et que tu te rends compte de l’état dans lequel tu es.

Tu l’aides à poser ce qu’elle porte, et tu commences à la frotter, des cheveux surtout. Il ne faudrait pas qu’elle prenne froid, vraiment… Et tu fermes la porte derrière toi, la pluie, tu l’aimes, mais de loin, dehors, quand tu es à l’intérieur de ta maison et qu’un feu brûle dans ton foyer dédié, histoire de réchauffer tes os si jeunes et pourtant déjà hantés par une douleur fantôme de tes anciens combats.

« Installe-toi, je vais te servir de quoi boire pour te réchauffer, ce n’est pas la saison des grands froids, mais nous avons quand même des sales vents, hein ? »


Parler de la météo, c’était aussi une façon de te rassurer, de parler de choses sûres, qui ne t’engageaient à rien. L’engagement… Le seul qui ne t’effrayait pas était l’engagement commercial, celui d’un contrat qui te liait à un marchand, que tu payais et que lui te donnait ta marchandise. Mais le reste… Tu n’aimais pas te sentir liée à autre chose qu’à ta bouteille et tes angoisses. Et lui servir un verre, c’était aussi l’accompagner. Tout bénéfique, non ? Tu sors alors deux gobelets en bois, que tu remplis de cette dernière bouteille, allègrement, puisque tu sais que d’autres arrivent, qu’elles ne sont pas loin, et que tu pourras les ouvrir à tout moment. Et enfin, tu lui donnes à boire… Pour que tu puisses commencer aussi.


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Emori


Messages : 44
Date d'inscription : 29/06/2017
Ft : Luisa D'Oliveira
Crédits : Tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Mer 12 Juil - 18:52


Pour une bouteille de plus
Lishi  &  Emori
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une fine pluie tombait du ciel sombre, la brune souffla et accéléra encore le pas, la tête baissée, le visage camouflé. Elle ne croisa personne dans la rue obscure et les seuls bruits qu'elle entendait étaient le choc de la plue sur les pavés, ses propres pas et la lourde boîte avec les bouteilles s'entrechoquant qu'elle portait avec un peu de difficulté. Elle aperçut enfin la maison et soupira de soulagement, elle faisait cette livraison régulièrement, ça lui rapportait pas mal et c'étaient comme des revenus stables, assez rares dans le commerce. Elle de faufila par derrière, à l'ombre des regards, et ouvrit la porte avec le coude puis un coup d'épaule, sans prendre la peine de toquer avant de peur de lâcher la précieuse boîte.
La chaleur de la pièce la pénétra immédiatement et elle souffla de soulagement, elle y était enfin.

« Emori, te voilà ! Je ne t’attendais même plus ce soir. Je pensais que tu arriverais plus tard ! »

Ravie, sa cliente était ravie de la voir arriver, enfin pas elle, plutôt la boîte qu'elle portait mais c'était bien mieux que quelqu'un qui lui gueulait dessus pour du retard. Ici, elle savait qu'elle serait bien accueillie. Et pas qu'en tant que commerçante qui ramène son bien, ce clan en général lui semblait bien plus sûr que le reste du monde, c'était bien les seuls à ne pas repousser les défigurés, le seul endroit où Emori se sentait à peu près normale même si elle ne pouvait s'empêcher de cacher sa main de toutes manières.

- Je suis toujours une bonne surprise, dit-elle un sourire en coin.

Elle l'aida à se débarrasser de sa boîte et à se sécher, soudainement toute joyeuse alors que, quelque chose disait à Emori qu'avant son arrivée, la jeune maire n'était pas aussi gaie. L'alcool devait vraiment avoir des vertus à long terme qu'elle ignorait.

« Installe-toi, je vais te servir de quoi boire pour te réchauffer, ce n’est pas la saison des grands froids, mais nous avons quand même des sales vents, hein ? »

Emori acquiesça et soupira tandis que Lishi lui servit un verre ;

- J'ai hâte qu'il fasse encore plus froid...

Ce n'était pas facile de survivre quand les températures chutaient, il fallait trouver de bien meilleurs abris et se nourrir devenait bien plus compliqué. Chaque année elle devait craindre cette saison car elle savait qu'elle ne pouvait compter que sur elle même pour rester en vie. Dans sa situation, chaque jour était un combat pour survivre, tout devait être calculé à la perfection, elle n'avait pas le droit à l'erreur. Bien qu'être commerçante lui rapportait assez, sa main ne lui permettait pas de conclure des affaires avec n'importe qui, elle devait être très prudente, il y avait beaucoup de commerçants parmi les Westerlanders, surtout dans le coin de la zone morte, et ça les gens le savaient bien et souvent ne voulaient pas faire affaire avec eux, ou pire. Oui, sa main était caché, mais quelqu'un qui cherchait un problème chez la jeune femme s'en rendait très bien compte.
Enfin bon, ces livraisons chez Lishi étaient franchement pas mal si elle finissait installé sur des coussins confortables un verre d'alcool dans les mains...

- Alors, comment ça va, le boulot de maire, tout ça ? Car les bouteilles, c'est pas pour rien après tout.

Elle eut un petit rire léger qui faisait bien comprendre qu'elle ne jugeait absolument pas la jeune femme, elle était juste curieuse, et c'était sa manière de lancer la conversation.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lishi
Modo


Messages : 202
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Ven 14 Juil - 2:05

Si tu traitais aussi bien Emori, ce n'était pas seulement parce que tu appréciais la jeune femme. C'était aussi car tu voyais un intérêt à ce qu'elle apprécie ces moments avec toi. Un commerçant bien traité était un fidèle commerçant. Certains trouveraient drôle cette façon de voir, que normalement c'était au client d'être content... Mais tu avais trop à perdre si elle venait un jour à te tourner le dos. Ce serait non seulement une amie en moins mais aussi une commerçante discrète que tu perdrais. Alors, effectivement, tu lui offrais un verre ainsi qu'un petit moment tranquille sur des coussins pour se remettre de son dur labeur : la caisse n'était pas légère et elle devait porter ça en était invisible aux yeux des autres du clan. Après tout, une Maire alcoolique, ce n'était pas forcément de meilleur goût, n'est-ce pas ?

En tout cas, lorsqu'elle dit qu'elle avait hâte qu'il fasse un peu plus froid, tu ne pus t'empêcher de faire un sourire en coin. Ah, bon ? Habituellement, on avait plutôt tendance à préférer les beaux temps, mis à part lorsqu'on était l'un de ces cinglés d'Azgedakru, ces malades accrochés à leurs montagnes enneigées aux vents plus que glacial. Mais si on aimait le froid.. C'était peut être qu'elle s'attendait à avoir un peu de chaleur corporelle ? Tu ne peux t'empêcher de penser à ça, après tout, on ne te refera pas, une femme te passait sous le nez et disait des choses pareilles, tu ne pouvais que vouloir te présenter comme volontaire.

"N'hésite pas à venir te réchauffer ici, si jamais le froid en devient bien trop difficile à supporter."


Tu continues à sourire en coin, puis tu t'installes face à elle, en tailleur, prête à délasser de son voyage Emori. Surtout qu'elle n'était pas du même genre que l'un de tes plus proches adjoints, ce conseiller que tu adores mais qui sait se montrer sacrément rabat-joie. Tu joues avec ton verre tout en la regardant en biais, tandis qu'elle demande comment se passe le boulot de Maire, soulignant que les bouteille étaient là pour une raison. Tu n'avais jamais parlé de tes ressentis profonds qui faisaient que tu buvais autant. En même temps, tu gardais tout en toi, voilà pourquoi tu te noyais dans ces eaux de vie.

Tu n'avais pas supporté le net changement entre le métier de forgeronne et le responsabilités de Maire. Tu aimais ta place, tu aimais le fait de protéger ton peuple, les diriger, ça te plaisait. Mais tu étais marquée par le côté "chef de guerre". Toi qui aime tant la tranquillité, la paix, tu as dû te battre, tuer des hommes, et tu as encore devant tes yeux leurs visages, et toi qui passait au suivant comme s'ils n'étaient que des bêtes. Tu en faisais une dépression, tu te sentais pourrir de l'intérieur, et si l'alcool ne t'aidait pas à aller mieux, au moins il anesthésiait tes angoisses. En réalité, tu plongeais dans tous les vices possibles, l'alcool, les festivités, le sexe, tout ce qui pouvait éloigner tes pensées noires, celles qui t’asphyxiaient. Et avoir Emori face à toi, c'était là aussi un moyen d'avoir une occupation loin de tes atrocités. Alors tu répondis comme tu répondais toujours :

"Comme d'habitude, on travaille le jour, et on communie la nuit avec l'eau de vie... Elles sont bien là pour ça, non ? A défaut de communier avec autre chose."


Tu souris, même si tu sens bien qu'Emori se doute qu'il s'agit d'un secret un peu honteux. Après tout, si tu assumais ton amour pour la boisson, tu ne lui demanderais pas de se cacher pour ses livraisons. Mais tu occultais un peu ce fait. Tu comptais beaucoup sur la capacité à certaines personnes à taire leurs pensées. Après tout, si tu te sentais acculée à tout moment, tu serais une véritable furie... Mais là, tu te sentais bien, tu étais soulagée. Tu pouvais boire comme tu le souhaitais. D'ailleurs, tu venais de finir ton premier verre, et tu t'en servais un autre, proposant à Emori si elle en re-voulait.

"Et puis c'est mieux d'être avec quelqu'un pour partager la boisson. Tu resteras bien ce soir, hein ? Après tout rien ne presse et il pleut, ce serait malheureux que tu sois malade par ma faute. Raconte moi un peu l'au-dehors, tient. Ca fait bien longtemps que je n'ai pas quitté Neylakru, je n'en ai pas trop le temps, après tout."

Tu la fixais donc de ton regard un peu vitreux, déjà, puisque tu en étais pas vraiment à ton début de soirée, attendant qu'elle te raconte les monts et merveilles qu'elle devait parcourir en tant que commerçante. Car certes vous étiez en dehors de la Kongeda, ça ne t'empêchait pas d'avoir aimé découvrir d'autres paysages. Que de regret de devoir sacrifier cela au profit de ta fonction, n'est-ce pas ? Heureusement, tu aimais bien avoir la compagnie de voyageurs pour voir à travers leurs mots ce qui étaient entré par leurs yeux chanceux.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Emori


Messages : 44
Date d'inscription : 29/06/2017
Ft : Luisa D'Oliveira
Crédits : Tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Lun 17 Juil - 16:18


Pour une bouteille de plus
Lishi  &  Emori
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"N'hésite pas à venir te réchauffer ici, si jamais le froid en devient bien trop difficile à supporter."

Elle n'hésitera pas si on lui propose, elle l'aimait bien la maire avec son petit sourire enjôleur et son accueil agréable avec un verre de la marchandise. La vie qu'elle menait était bien solitaire, elle passait son temps à bouger en permanence, à se cacher, de peur que l'on découvre son terrible secret, et elle ne pouvait faire confiance à personne. Mais ici, elle était tranquille. C'était comme si le monde s'arrêtait un instant et elle pouvait juste se poser, sans rien craindre. Mais ce sentiment était si inhabituel qu'il lui semblait bien traître et seul l'alcool était responsable d'une Emori plus détendue et bien moins sur ses gardes.

- Sympa, merci. Et puis ton clan est bien plus agréable que le reste je dois te dire.

Elle savait que bientôt elle allait retourner sur les routes hostiles où survivre n'était pas toujours facile. Avec le froid, plus de cueillette, presque plus de chasse et alors tout reposera sur le commerce ainsi que le vol car pour Emori les deux allaient de pair. Non, dans ce métier on ne pouvait pas partir de rien et espérer de gagner sa vie tout en gardant une bonne moralité. Le risque était toujours là, et si elle se faisait attraper par quelqu'un qui était comme le fermier qui a tué sa mère ? Et ça, ce n'était que pour de la nourriture, Emori, elle, misait sur plus gros. L'arnaque, le vol, la manipulation, ça faisait partie du métier, elle n'avait pas le choix, ça la mettait en danger mais ça lui permettait de survivre aussi.

"Comme d'habitude, on travaille le jour, et on communie la nuit avec l'eau de vie... Elles sont bien là pour ça, non ? A défaut de communier avec autre chose."

Tout en hochant la tête elle se demanda ce que ça faisait, d'avoir une vie comme ça. Après tout, en apparence, Lishi avait tout à envier. Une situation stable, une grande responsabilité certes, mais honorable. Mais fallait croire que tout ça, ça faisait pas le bonheur, il y avait des problèmes bien plus profonds. Elle avait beau vivre la vie qu'Emori aurait rêvé d'avoir, du moins en apparence, cela ne la rendait pourtant pas heureuse, au contraire. La brune soupira intérieurement, les hommes n'étaient jamais comblés, chacun ses démons, chacun sa dose de malheur.

"Et puis c'est mieux d'être avec quelqu'un pour partager la boisson. Tu resteras bien ce soir, hein ? Après tout rien ne presse et il pleut, ce serait malheureux que tu sois malade par ma faute. Raconte moi un peu l'au-dehors, tient. Ca fait bien longtemps que je n'ai pas quitté Neylakru, je n'en ai pas trop le temps, après tout."

Emori fit mine d'hésiter alors que la réponse était évidente, bien sûr qu'elle allait rester si on le lui proposait ;

- Hmm... Je sais pas si dehors, dans les ruines où je me suis posé plus tôt ce n'est pas mieux qu'ici sur ces coussins, bien au chaud. Je verrais si tu es de bonne compagnie.

Elle eut un petit rire tout en sirotant sa boisson. Elle réfléchit ce qu'elle pouvait bien dire sur l'au-dehors, pour elle c'était la routine d'être sur les routes alors elle n'y faisait plus vraiment attention.

- Et bien rien n'a vraiment changé, la zone morte est toujours aussi morte mais présente des jolies perspectives pour le commerce si on tombe sur les bonnes personnes, la forêt rouge de Trishanakru et Delfikru est toujours là, pas moins belle et  à Trikru, Polis regorge d'activité, comme toujours. En tout cas si on veut trouver la meilleure nourriture possible, c'est là bas. Quand aux hommes, toujours les mêmes, les guerres et rivalités entre les clans, tout ça. La coalition n'a rien changé.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lishi
Modo


Messages : 202
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Sam 22 Juil - 20:31

Entendre une personne complimenter ton clan était un plaisir sans cesse renouvelé. Tu travaillais dur à faire de cet endroit un paradis en Enfer, pour que ton peuple puisse vivre une vie qui en vaille la peine, une vie de tolérance, de paix, d'amour. Tu te tuais à la tâche pour cela, et entendre Emori, qui était une étrangère bien qu'acceptée, dire qu'il était plus agréable que le "reste", c'était comme une consécration. Ta récompense en tant que chef de clan dévouée, même si tu n'avais pas forcément toute ce qu'il te fallait pour être heureuse. Mais au final, qu'est-ce que tu voulais ? De quoi avais-tu besoin ? Qui avait les réponses à ces questions ? Que de questions sans réponses.

Enfin, tu savais que tu manquais de ces voyages, de ces itinéraires imprévus, des rencontres en bord de route. Alors tu demandas comment était l'au-dehors, tu cherchais un peu à t'évader, et puis... C'était toujours agréable d'avoir des nouvelles du monde. Tu en avais de part tes éclaireurs, qui voyageaient pour avoir des informations sur la politique de cette coalition, que tu considérais comme une menace.

Mais l'entendre parler de la zone morte te fit un pincement au coeur. Même si tu avais peur de ces malformations, qui t'inquiétaient puisque tu ne savais d'où elles venaient, tu avais pu découvrir au gré de tes rencontres que les personnes, telles Emori, porteuses de ces erreurs n'étaient pas des erreurs elles-mêmes. Elles étaient simplement... Malchanceuse. Mais tu eus un moment de satisfaction mêlée à de la tristesse lorsqu'Emori évoqua la coalition disant qu'elle n'avait rien changé aux guerres et aux rivalités. Tu le savais et l'avais toujours su, cette union n'était qu'une vague hypocrisie, un crachat à la figure des natifs, qui se souriaient comme s'ils étaient amis pour ensuite lancer un poignard dans le dos. Tu fis un léger bruit de langue nettement désapprobateur. Cela t'énervait d'en parler, d'en entendre parler.

"J'ai toujours su que cette Coalition était ridicule, surtout depuis l'entrée d'Azgedakru dans celle-ci. Vraiment ridicule. D'autant que je me demande encore par quel tour de force elle est parvenue à convaincre la Reine Nia de l'intérêt de la "paix" pour son peuple... "

Tu bus une nouvelle gorgée. Combien en avais-tu avalé ? Aucune idée, de toute façon, tu ne comptais plus à présent que tu savais qu'un stock t'attendait derrière. Et puis, tu avais envie d'une chose depuis qu'elle était là. Tu voyais juste une belle femme face à toi, une belle femme qui venait de loin pour toi, et même si c'était dans le but de commercer, tu aimais à te dire que c'était pour toi.

Une fois ton gobelet terminé, tu te penchas vers Emori, histoire de lui montrer ton intérêt. Après tout, tu étais une femme à femme, et si tu te plaisais parfois à juste admirer les courbes, tu avais parfois envie d'aller plus loin. Tu tendis alors la main vers le visage d'Emori, pour froler cette joue, comme tu te plaisais à le faire parfois pour montrer tes désirs. Et puis, l'alcool aidant, tu ne tremblais plus, tu étais enfin d'une apparence sûre de toi.

"Tout à l'heure, je parlais de communier."

Tu sous entendais clairement, qu'à l'instant précis, tu aurais apprécié communier avec elle, dans ces relents d'alcool certes, mais à quel moment n'avais-tu pas cette odeur, après tout ? Et puis, elle pouvait encore dire non.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Emori


Messages : 44
Date d'inscription : 29/06/2017
Ft : Luisa D'Oliveira
Crédits : Tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Mer 26 Juil - 19:28


Pour une bouteille de plus
Lishi  &  Emori
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Emori repensa un peu à tout ce qu'elle avait vu sur les chemins, les paysages défilant interminablement. Aimait elle cette vie de nomade ? Elle ne le savait pas vraiment, oui, elle aimait les voyages mais toute cette méfiance, cette solitude, ça la fatiguait, l'épuisant, parfois elle en avait marre de constamment rester discrète et de devoir bouger. Elle savait qu'elle n'était la bienvenue nul part, la zone morte était supposé être sa terre mais même les simples nomades de là bas rejetaient les défigurés. En somme, leur place n'était nul part. Des déchets. Personne n'en voulait voir, personne ne voulait en entendre parler, personne ne voulait avouer leur existence. Des erreurs de la nature. À rayer, à éliminer. Oui, les paysages étaient beaux, les rencontres interesantes mais il y avait tout le temps cette ombre au dessus d'elle qui faisait qu'elle ne pouvait se sentir bien nul part, toujours sur ses gardes de peur de croiser quelqu'un qui la connaît. Petite elle l'avait rapidement compris, de sa terre natale à quelconque endroit où elle allait, sa place n'était pas ici. Pour ne plus y penser la brune reprit une grosse gorgé de la boisson qui lui brûla la gorge et lui fit tourner la tête. Elle ne avait pas l'habitude.

"J'ai toujours su que cette Coalition était ridicule, surtout depuis l'entrée d'Azgedakru dans celle-ci. Vraiment ridicule. D'autant que je me demande encore par quel tour de force elle est parvenue à convaincre la Reine Nia de l'intérêt de la "paix" pour son peuple... "

Emori haussa les épaules, elle aussi étonné que les tribus y croyaient. Elle avait toujours su que ça ne marcherait pas, chacun n'étant pas prêt à accepter les différences des autres, elle le savait mieux que personne et toute cette connerie de Coalition ça la faisait elle aussi rire. Neylankru était probablement la dernière tribu sensé qui restait. Et, surprise, elle n'avait pas rejoint la coalition et se portait très bien comme ça.

- Ils peuvent bien croire ce qu'ils veulent, à un moment donné ils finiront par se rendre compte que ça ne marche tout simplement pas.

Emori prit une autre gorgé d'alcool, elle y prenait goût mine de rien, la sensation était agréable. Elle se sentait légère et détendue, chose très rare. Et ici elle pouvait se le permettre, chez la maire, dans cette ville, elle était y plus en sécurité que partout ailleurs,elle le savait.
Alors, la maire se pencha vers elle pour lui effleurer la joue. Emori, bien que surprise par ce geste ne recula pas.

"Tout à l'heure, je parlais de communier."

Avec le geste l'invitation n'aurait pas pu être plus claire. Même Emori qui était peu habitué aux contacts physiques comprit tout de suite ce que voulait dire Lyshi. Sa condition ne lui avait pas permis d'avoir beaucoup de relations, deux trois coup d'un soir fugaces tout au plus. Que des hommes. Les femmes elle n'y avait jamais songé mais après tout, pourquoi ne pas essayer ? Certes, l'alcool y était bien pour quelque chose mais Emori était de nature curieuse et puis elle n'avait rien à y perdre, c'était une belle femme après tout, même totalement sobre elle aurait peut être accepté.

- Je te laisse me montrer comment ça marche.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lishi
Modo


Messages : 202
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Lun 21 Aoû - 16:53

Spoiler:
 

Tu aimais bien cette Emori. Et lui faire des avances, c'était pour toi comme la continuité logique de ce que votre relation représentait à tes yeux. Après tout, elle était là pour toi, même si c'était en échange d'argent, pour une chose dont tu avais clairement besoin. Et elle ne partait pas forcément juste après votre échange commercial, Emori passait forcément un peu de temps avec toi. Un peu de temps ensemble, sans enjeu particulier autre que deux femmes face à face. Où tu étais Lishi et elle Emori. Tu avais ri à sa surprise, lorsque tu avais caressé cette joue tatouée, mais comme elle n'avait pas reculé, tu t'étais sentie le droit d'aller un tout petit peu plus loin, en posant ta main à plat pour épouser les formes de cette mâchoire, la regardant de cet air indéchiffrable que tu avais lorsque tu admirais une femme. Tu redessinais simplement dans ta tête chaque courbe du visage, pour ensuite poser tes yeux sur ces lèvres qui t'autorisaient encore, qui te disaient même qu'elle ne connaissait pas la "marche à suivre". Tu ris à nouveau.

"Tout est tellement instinctif, tu sais."


Il n'y avait pas tellement à apprendre. Tu avais toi aussi commencé, un jour, avec une femme, la première. Tu te souvenais encore de son visage, tu avais été maladroite, mais seule la peur et le désir de bien faire avaient fait trembler tes mains. Au final, rien de bien effrayant. En tout cas tu compris qu'Emori avait probablement connu que des hommes dans sa vie, et qu'il ne fallait donc pas brusquer les choses. C'était assez drôle, tu avais souvent ce cas de figure. Mais tu t'en fichais.

Tout n'était que volupté, après tout.

Tu pris la décision de simplement l'embrasser, vous aviez le temps, la nuit même. Cet orage n'allait pas se calmer, et personne ne sortirait dehors tant qu'il ne serait pas calmé. Tu étais seule dans la Mairie, là où tu vivais, avec quelques gardes qui restaient forcément sur place, on ne savait jamais. Une tranquillité à toute épreuve. Parfait, n'est-ce pas ? Tu l'embrassais donc, cette douce Emori, puis tu menais ton autre main à l'autre joue, pour serrer ce visage et presque le plaquer contre le tien. Voilà ce qu'était une communion. Simplement des peaux collées, cet échange de saveur.

Tu lâchas une de tes mains qui alla simplement sur son épaule, pour la dénuder légèrement, faire ces va-et-vient sur le creux de son cou.

Face à elle, à genou, tu te sentais bien, enfin tu te sentais cette liberté, tu allais enfin aimer une femme, pour quelques heures, peut être une nuit, et cela te faisait ressentir cette espèce de légèreté tant voulue, tu te libérais du poids que tu voulais tant chasser avec l'alcool. Tu rompis alors ce baiser, afin de chuchoter :

"Ce n'est pas bien difficile. Ce que tu as envie de faire, tu le fais. Et ce dont tu n'as pas envie... Tu ne le fais pas. Voilà tout."

C'était là ta façon de lui donner le choix. Il t'était arrivé, parfois, d'avoir des femmes prêtes à démarrer, mais qui changeait d'avis en cours de route. Certes, cela te vexait, parfois, mais tu accordais bien trop d'importance au respect pour que tu décides de forcer. Un non était un non, n'est-ce pas ? Qui étais-tu pour outrepasser ce simple droit de refuser ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Emori


Messages : 44
Date d'inscription : 29/06/2017
Ft : Luisa D'Oliveira
Crédits : Tumblr

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Dim 3 Sep - 17:26


Pour une bouteille de plus
Lishi  &  Emori
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Spoiler:
 

"Tout est tellement instinctif, tu sais."

Instinctif. Pour Emori ça l'était oui, mais avec les hommes. Jamais elle ne s'était retrouvée face à une femme comme ça, alors elle préférait làlaisser mener la danse. Certes, on ne pouvait pas non plus dire qu'elle avait une énorme expérience en matière de relations, mais quelques unes, plus ou moins courtes avaient vu le jour pendant un certain temps, puis sentaient dissipés aussi vite qu'elles n'étaient apparues, se perdant dans les méandres de ses souvenirs. Elle ne s'était jamais même posé la question de si les femmes lui plaisaient de cette manière, et franchement, elle ne le pensait toujours pas, pas à long terme du moins. Mais pour un coup d'un soir c'était autre chose, c'était un simple partage de plaisir et elle n'y voyait absolument rien de dérangeant, au contraire, l'alcool lui suggérait que cela pourrait être amusant.
La maire prit fit le premier pas en l'embrassant avec douceur. Une agréable chaleur s'empara d'Emori, depuis combien de temps n'avait-elle pas été proche comme cela de quelqu'un ? Depuis combien de temps n'avait-elle pas ressenti la tendresse des caresses et des lèvres jointes ? Qu'importe qu'elle vienne d'un homme ou d'une femme, au fond la sensation était presque la même. Pendant un petit moment on se sentait aimée, on se savait le centre de l'attention de l'autre, et seul le moment présent comptait. La vie de nomade solitaire ne laissait pas beaucoup d'occasions à ce genre de moments, encore moins pour quelqu'un comme elle, qui ne pouvait jamais s'avoir à qui faire confiance. Alors quand l'occasion se présentait, il fallait la saisir. C'était rare de tomber sur des personnes avec qui elle se sentait autant en confiance qu'avec la maire, se savant en sécurité ici.
Emori lui rendit son baiser, d'abord timidement puis assez sûre d'elle, laissant glisser doucement sa main derrière la nuque de Lishi. Dehors on entendait le tambourinement de la pluie sur le sol, et en imaginant la froideur de la nuit Emori eut encore plus une sensation de bien être, tandis qu'elles étaient au chaud, dans leur cocon, protégées du monde extérieur. Alors elle laisse glisser la main de cette femme sur son épaule, après tout qui n'a pas besoin d'un peu de tendresse ? La brune ressentait une légèreté étrange, ses pensés ne fusaient plus dans tous les sens, comme à l'accoutumée, et une douce chaleur l'envahissait tandis que ses gestes se faisaient automatiques et naturels.
Lishi s'écarta un instant et murmura ;

"Ce n'est pas bien difficile. Ce que tu as envie de faire, tu le fais. Et ce dont tu n'as pas envie... Tu ne le fais pas. Voilà tout."

Le choix était toujours possible, mais elle ne se posait plus de questions à présent. Tout ce dont elle avait envie, c'était de ressentir la chaleur d'un corps pour une nuit, de sentir l'union temporelle de deux êtres et abandonner cette solitude qu'elle traînait sans cesse derrière elle. Sans répondre, ou laisser à Lishi le temps d'ajouter quoi que ce soit, elle replongea dans ses lèvres avec sûreté, une main enlaçant son coup et l'autre posé sur sa cuisse. Elle avait raison, tout était instinctif.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Lishi
Modo


Messages : 202
Date d'inscription : 08/06/2017
Ft : Zhao Wei
Crédits : All by myself /poutre.

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori Sam 16 Sep - 18:08

Donner le choix à ta partenaire de continuer ou de tout arrêter, c’était quelque chose d’important pour toi. Et visiblement, le préciser à Emori lui avait donné une fougue supplémentaire, car elle se jeta à nouveau sur tes lèvres, un peu comme si elle n’avait besoin que de ça. Cela te plaisait, tu aimais la passion, c’était généralement ce qui t’animait lorsque tu avais à parcourir ces courbes. Tu aimais sentir ces mains sur toi, et les tiennes sur elles. Même si ça n’avait pas de lendemain, même si ça n’avait aucun avenir, tu t’en moquais. Tout ce qui t’intéressait, c’était de la déshabiller, petit à petit. Un vêtement à la fois. Vous aviez le temps après tout, la nuit commençait juste. Le haut, les chaussures, le bas… Tu la suivis de près.

Comme tu le pensais si justement… La nuit ne faisait que commencer.

Tandis que tu l’allongeais sur le dos, parcourant son torse de baiser, tu vis sa main. Celle qu’Emori cachait. Et qu’elle pouvait plus cacher à présent que vous étiez nues. Tu la vis, et au début, tu eus mal au coeur. Ce n’était pas très beau à voir, tu pouvais comprendre que certains des Grounders voient ces malformations comme des mauvais présages. Mais d’un autre côté… Tu t’étais toujours demandée pourquoi elle ne coupait pas cette main. C’était une entreprise risquée, mais qui pouvait changer beaucoup de chose. Elle connaissait beaucoup de guerriers qui avaient été amputés. A eux on ne faisait pas de discrimination, voire même ils étaient laissés en paix par les autres.

Et toi… Tu ne savais jamais que penser. Alors tu faisais ce que tu aimerais tant faire en permanence : tu ne pensais pas. Et tu agissais, continuant à parcourir ce corps.

__

Après avoir gémi, caressé, aimé durant ces quelques instants, à deux, tu aimais à rester emmêlée au corps de l’autre. Les jambes encore liées, tu couvris vos corps de cette peau d’ours bien chaude, qui vous cachait un peu à la vue du monde - qui se résumait à quelques armes de guerre qui remontait à ton dernier conflit, dont on voyait les traces de tes combats. Tu les gardais pour te souvenir de ceux qui étaient tombés, de ceux qui avaient été à tes côtés, et qui ne l’étaient plus.

Mais là, tu n’y pensais plus, enfin. Tu étais parvenue à t’énivrer du corps d’une femme, d’Emori, et tu la regardais avec les yeux de la tendresse, celle que tu ressentais pour chacunes de tes amantes, lui caressant distraitement la hanche, du bout du doigt. Tu te sentais bien, le visage détendu, vraiment. Ca faisait longtemps… Les femmes ne couraient pas à ta porte, après tout.

La regardant droit dans les yeux, tu lui fis un sourire, pour ensuite lui dire :

“Il faut croire que tu as un instinct… Fougueux.”

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



Inclement Earth

MessageSujet: Re: [01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori

Revenir en haut Aller en bas

[01/04/2842] Pour une bouteille de plus - Emori

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Autres clans-