AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'oubliez pas de passer par le recensement ! Wink
Pour les nouveaux personnages :15Tcs bonus seront offerts à la validation pour ceux venant des groupes :Moskiums, Hémérians et Arkers ! Essayez de les privilégier pour les premiers évents à venir Wink
Les habitants du Mont Weather sont jouables, pour tous, dès maintenant ! Ils offrent 20Tcs à la validation ! N'hésitez pas à peupler le bunker !
Ouverture de la ChatBox tous les samedis, dès 18h (heure française Smile ) !
Suite aux premiers évents (qui sont toujours ouverts), les premières intrigues arrivent sur IE pour les 100 et les Arkers ! Celle des Grounders/Camelotiens arrivera par la suite, patience (leur évent durera plus longtemps) Wink

Partagez|

[12/04/2482] If I had been lucky enough to have a brother, it could have been you.- ft. Dag.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Rigel


Messages : 87
Date d'inscription : 26/06/2017
Ft : Thomas Brodie Sangster
Crédits : Avatar : VENDETTA. Signature : Solosand. Fiche RP : Grey WIND.

Inclement Earth

MessageSujet: [12/04/2482] If I had been lucky enough to have a brother, it could have been you.- ft. Dag. Dim 16 Juil - 1:04

Fourchette temporelle:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
If I had been lucky enough to have a brother, it could have been

Just the two of us, we can make it if we try. Just the two of us, just the two of us, building castles in the sky. Just the two of us, you and I.
Rigel & Dag

À l’aube, accompagné de mon paternel que j’aime tant, nous quittons Ockfell, ma ville natale à laquelle je suis tant attaché, pour rejoindre Polis, la capitale de Trikru, l'endroit ou réside Heda, la ville « grande », la ville ou toute l’action se passe. Évidemment, Flash, mon fidèle cheval m’accompagne pour ce trajet qui se passe dans un quasi-silence bien qu’il ne soit pas désagréable. Père et moi semblons tout deux avoir besoin d’être au calme dans nos pensées ce qui n’est pas plus mal. Parfois, pourtant, mon paternel ouvre la bouche pour m’apprendre divers noms de plantes ainsi que leurs propriétés et comment les utiliser ce qui est loin de me déplaire. J’apprends chaque jours, avec lui et d’ailleurs, je suis avide de connaissance ; je veux tout savoir de notre planète et des secrets qu’elle regorge. J’ai d’ailleurs toujours pensé –- et parfois même dit haut et fort que la Terre était empreinte d’une magie sans nom. Après tout, elle a réussi à survivre a Praimfaya, le fléau ultime.

Ça n’est pas très étonnant de savoir que je veux sans cesse apprendre plus quand on sait que je suis un Fisa, comme mon père, et comme l’était son père auparavant à croire que c’est quelque chose qui se transmet de génération en génération depuis quelques temps. Si un jour j’ai la chance d’avoir un enfant, ou même un frère, peut-être que lui aussi sera Fisa, du moins je l’espère. Ce serait là une grande fierté et, tout comme mon père l’a fait avec moi, je tâcherais de lui enseigner tout ce que je sais pour qu’il soit le meilleur et qu’un jour, l’élève dépasse le maître. Je ne suis peut-être pas bon chasseur ni guerrier mais en tout cas, les soins, ça me connaît. Je suis doué, et je le sais. J’en suis même très fier. Une de mes seules et rares fiertés, d’ailleurs.

Alors que j’aperçois les portes de Polis, un léger soupir s’échappe de mes lèvres. Nous allions sûrement être très occupés dans les prochains jours –- même si je ne savais pas vraiment pour combien de temps nous serions là, c’était assez aléatoire selon les périodes et les demandes. Entre les soins à procurer, les divers produits à vendre et acheter, il serait difficile d’avoir une minute à nous. Mais si j’en croyais mon père, nous ne commencerions à travailler que le lendemain, bonne nouvelle en soi, puisque cela me laissait l’après-midi entière pour vagabonder dans la ville et ses alentours à mon aise. Oh, je n’allais sûrement pas me risquer à trop m’éloigner du village, non puisque de toute façon, je risquerais de me faire tuer par le premier tigre ou je ne sais quoi qui passerait, je comptais seulement profiter du plein air et éventuellement apprendre de nouvelles choses auprès d’autres Fisa ou pourquoi pas moi-même apprendre des choses aux autres, le programme de l’après-midi était encore indécis.

Je vagabonde près du marché depuis plusieurs minutes maintenant quand je décide finalement de me diriger vers le camp d’entraînement des Nightblood. J’ai beau ne pas savoir me battre, je me plaît à regarder ces jeunes enfants le faire bien que, selon mon humble avis qui ne vaux guère, les envoyer se battre à mort pour un stupide conclave est justement… stupide. J’ai beau être en faveur de la coalition, je déteste pourtant le principe du conclave. De jeunes innocents envoyés à la mort dans le seul but de les diriger ? Non, je trouve ça injuste, ils ne méritent pas ce funeste sort. Plus encore quand ils ne sont que des enfants dont le sang noir est si précieux et si rare.

Alors que, pensif, un second soupir parvient à s’échapper de mes lèvres, j’aperçois au loin un garçon blond, sûrement un Nightblood, pensais-je alors. Même de loin, je pouvais voir qu’il était en sueur, sûrement dût à un entraînement intensif mais plus encore, mes sens de Fisa s’éveillèrent quand j’eus la douloureuse impression qu’il était amoché. Après avoir hésité une seconde, je décidais finalement de m’approcher de lui d’un pas rapide, l’esprit vif, un air sérieux collé sur mon faciès si enfantin qui me donne l'air d'avoir 15 ans alors que j'en ai 20 déjà. M’arrêtant à quelques mètres de lui, je m’accroupis pour être à sa hauteur, lui qui venait de s’asseoir — ou de tomber, je n’en savais rien ; tout ce que je savais, c’était qu’il avait l’air faible et fatigué. Par chance, j’avais toujours un peu de mon matériel sur moi pour les occasions de force majeur. Mais avant de toucher ou de trop approcher ce garçon que je voyais pour la première fois, je pris quand même évidemment le temps de me présenter.

« Ai laik Rigel kom Azgedakru en ai laik fisa. »

Je ne prononçais pas un mot de plus, laissant un blanc s’installer entre nous. Je savais combien nous, les natifs nous pouvions être méfiants avec les étrangers. Finalement, après ce silence et voyant que le garçon ne semblait pas vouloir répondre, je finis par reprendre.

« Je ne te veux aucun mal, j’ai seulement eu l’impression que ça n’allait pas. Tu semblais t’entraîner. Tu es un Nablida, je me trompe ? »

Quoi de mieux que de faire la conversation pour instaurer un climat de confiance ? Des crampes s’installant dans mes jambes, je finis par me laisser tomber à même le sol, regardant le camp d’entraînement à quelques mètres de nous qui me faisait penser que oui, j’avais eu de la chance de ne pas avoir le sang noir. Je suis sûr que je n’aurais même pas réussit à survivre aux entraînements. Définitivement, j’étais loin d’être comme tout ceux de mon clan, les Azgeda, ces natifs qualifiés de brutes sanguinaires…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Dag


Messages : 122
Date d'inscription : 04/06/2017
Ft : Nathan O'toole
Crédits : Arte (Avatar)

Inclement Earth

MessageSujet: Re: [12/04/2482] If I had been lucky enough to have a brother, it could have been you.- ft. Dag. Lun 7 Aoû - 11:18

Comme chaque jour de sa vie depuis six ans, Dag se retrouvait dans des entraînements plus éprouvants les uns que les autres. Du haut de ses douze ans, le jeune adolescent, ou encore préadolescent, passait plus de temps une arme à la main que bien des adultes dans toute une vie. C'était son destin, son sang était noir ce qui signifiait qu'il était candidat à un jour devenir Heda. Y parviendrait-il ? Il ne saurait répondre, d'une part car il n'était pas prétentieux mais surtout car c'était avant tout l'esprit d'Heda qui choisirait à sa mort, son successeur à l'issue du conclave. Et même si l'on observait simplement leur statistique de combat, on se rendait bien compte que certains n'auraient actuellement aucune chance mais que pour d'autres, leur niveau était si serré qu'il serait impossible de prévoir qui en sortirait indemne. Alors chacun s'entrainait chaque jour pour se surpasser et c'était le cas de Dag.

Le blondinet ne se plaignait jamais de ses emplois du temps chargés, du fait qu'il finissait quasiment chaque journée avec de nouvelles blessures alors que celles de la veille n'avaient même pas encore guéri. Il n'avait pas peur on plus, pas peur chaque matin de s'élancer dans différents entraînements armes en main, pas peur non plus de se dire qu'un jour peut-être proche, il pourrait mourir simplement. Il ne craignait pas tout cela. Il acceptait son destin et n'avait pas peur de l'affronter. Il en était fier et était déjà du haut de son jeune âge, un valeureux guerrier. Il avait encore tant à apprendre mais pourrait déjà apprendre tant à bien des adultes. Dag ne se posait pas de question, il acceptait sa vie comme elle était.

Mais il devait avouer qu'aujourd'hui il ne se sentait pas dans son assiette. Il réalisait les exercices, mais lors de l'exécution en binôme, son inattention lui a valu une belle entaille du ventre. Heureusement rien de bien profond, sa tenue d’entraînement l'ayant en grande partie bien protégé. Il ne doit avoir qu'une coupe superficielle mais c'était un mauvais enchaînement des choses. Entre son ventre, sa blessure à l'épaule de la veille qui le faisait souffrir et le coup dans le nez qu'il avait reçu peu de temps après, Dag sentait bien que ce n'était pas son jour. C'était bien la première fois que ça lui arrivait. Depuis longtemps du moins. De telles raclées, il n'en avait plus pris aussi facilement depuis son arrivée au conclave à ses six ans, lorsqu'on avait demandé à ses petits bras frêles de soulever une épée. Pourtant il n'abandonnait rien, se fichant totalement d'empirer l'état de ses blessures. Pour l'apprenti fisa à ses heures perdues qu'il était, c'était une très mauvaise idée et Orion ne lui aurait pas dit le contraire, mais pour le guerrier, il était inconcevable d'abandonner, par tant qu'il pourrait tenir sur mes deux jambes.

Toutefois, lorsque la fin d'entrainement et de la journée fut annoncée, Dag en fut soulagé. Son corps devait être recouvert de bleu et ses blessures vraiment sales. Il n'était pas pressé de devoir aller se faire soigner, surtout en voyant le teint rouge que prenait son vêtement s'imbibant de son sang. Il relativisait, il avait déjà eu pire et verrait bien pire. Pas d'inquiétude à avoir, toutefois, avant de rentrer pour le diner, Dag avait besoin d'une pause si bien qu'il se laissa tomber dans l'herbe. Juste une petite pause dans cette vie où il ne trouvait pas une minute pour lui . Il se redressait subitement en entendant quelqu'un s'approcher de lui, il ne voulait pas montrer ses faiblesses et si un des natblidas en redemandait, il lui donnerait sa raclée. Seulement, ce type, il ne le connaissait pas. Son visage lui disait vaguement quelque chose, le blondinet avait sans doute déjà dû le croiser ou le voir avec une de ses connaissances. Il n'en savait rien et il s'en fichait un peu. Il écoutait toutefois sa présentation. Rigel… Rigel d'Azgeda ? Un air étonné apparut subitement sur son visage, des grounders natifs d'Azgeda, il n'en connaissait pas tellement, formant des fisas, encore moins et immédiatement ce fameux Rigel lui fit penser à Orion. Pourtant il ne se voyait pas le questionner directement, l'observant oubliant même de lui répondre. Il lui paraissait jeune et ne le ressentait pas comme une menace. Il ajoutait cependant ne pas vouloir de mal et avoir vu que l'adolescent était mal en point. Le jeune nightblood avait alors simplement hoché la tête lorsque son interlocuteur lui demanda s'il était un Natblida. Finalement Dag se décida à prendre la parole, ne se méfiant pas plus que cela de ce jeune homme. « Je m'appelle Dag, Dag kom Podakru. Comme tu l'as deviné, je suis un natblida. » Il ne lui avait pas non plus donné des informations monstres mais il n'avouait pas ses blessures pourtant visibles, entre le visage ensanglanté du blond et ses vêtements dans le même état, il n'était pas difficile de voir qu'il avait besoin de soin. « Qu'est-ce qui t'amène à Polis, enfin au camp des nightblood ? » Il n'y a pas une seule once de soupons ni de méfiance dans ma voix, c'était une simple question de routine, histoire de faire un peu la conversation, pour détourner la conversation de moi.
Revenir en haut Aller en bas

[12/04/2482] If I had been lucky enough to have a brother, it could have been you.- ft. Dag.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inclement Earth :: Place au jeu ... :: Trikru (Woods Clan, Peuple des Arbres) :: Polis-